Au fil des événements
 

2 février 2006

   

Université Laval

Après la Chine, l'Inde

L'Université signe une entente avec la National Insurance Academy de Pune

par Yvon Larose

La vice-rectrice au développement et aux relations internationales Diane Lachapelle est revenue de la récente Mission Québec-Inde avec un accord-cadre général signé avec la National Insurance Academy, un institut haut de gamme de Pune. Cette mission, à laquelle prenait part Marc Pelchat, doyen de la Faculté des études supérieures, s'est déroulée du 13 au 21 janvier dans trois villes d'un pays considéré comme le second géant économique en émergence d'Asie et où l'on trouve quelque 300 universités. Avec les représentants d'autres universités québécoises ayant des relations sur le territoire indien, la vice-rectrice et le doyen ont participé à des tables rondes à Delhi (New Delhi), Kolkota (Calcutta) et Mumbai (Bombay). Dans chaque ville, ils ont rencontré les représentants des meilleures institutions d'enseignement supérieur de l'endroit.

"Nous avons jugé au moins cinq établissements particulièrement importants pour l'Université Laval parce qu'ils représentent un intérêt réel pour différentes facultés, notamment dans le domaine des sciences et du génie, explique Diane Lachapelle. Il y a, entre autres, l'Indian Institute of Management Kozhikode de Mumbai qui souhaite signer une entente avec la Faculté des sciences de l'administration." Selon elle, l'Inde recherche la qualité des partenariats, comme le fait l'Université Laval, plutôt que la commercialisation de l'éducation supérieure. "Les établissements indiens, dit-elle, sont ouverts à recevoir des professeurs en année d'études et de recherche. Il est possible de développer divers partenariats, entre autres sous forme de cotutelles et de programmes conjoints, de programmes courts et de stages interculturels. Plusieurs domaines sont porteurs, comme le multimédia, les sciences sociales, le droit comparé, l'environnement, les langues, la culture française, la musique, la communication, la santé publique et les études féministes."

Aller de l'avant
Depuis la mission, cinq représentants d'établissements indiens ont pris contact avec Diane Lachapelle. Des demandes de l'Indian Institute of Technology de Mumbai, dont deux curriculum vitae d'étudiants pour un stage cet été à Laval, ont déjà été reçues. "Nous sommes en mouvement et nous allons aller de l'avant, affirme la vice-rectrice. Il y a eu du travail de fait avant la mission et il y en aura après. C'est sûr que l'on va tisser des liens qui vont déboucher sur des actions concrètes. Le vice-rectorat va maintenant travailler avec le Bureau international en collaboration avec les professeurs et responsables facultaires intéressés à développer des liens avec l'Inde. Cette mission est liée à celle menée en Chine à l'automne. La présence de l'Université dans cette région du monde est réelle. Il est clair que les missions ont donné un essor à notre action pour les années à venir."

L'Université Laval a depuis quelques années quatre ententes de mobilité étudiante avec le Rajagiri College of Social Sciences de Kalamassery et l'University of Agricultural Sciences de Dharwad. Ces programmes impliquent des professeurs et des étudiants des programmes du doctorat en médecine, du bac en sciences infirmières, du bac en service social et du bac en agronomie.
Cinq professeurs et un responsable de formation pratique d'origine indienne travaillent à Laval. L'an dernier, 16 étudiants indiens étaient inscrits à l'Université. Pour favoriser la venue d'étudiants indiens, la Division de la promotion et du recrutement a produit un dépliant promotionnel avec encart adapté.