Au fil des événements
 

26 janvier 2006

   

Université Laval

Des étudiants-chercheurs satisfaits

Une vaste enquête révèle un taux de satisfaction très élevé chez les étudiants à la maîtrise et au doctorat

par Jean Hamann

Les étudiants-chercheurs sont très satisfaits de leur programme d'études, de la compétence de leurs professeurs, de leurs interactions avec leur directeur de recherche et de leur expérience globale aux études supérieures à l'Université Laval. En fait, si ce n'était de l'épineux problème de l'argent, tout serait au beau fixe, révèle une vaste enquête à laquelle 2 500 étudiants-chercheurs ont participé au printemps 2005.

La direction de l'Université a confié la responsabilité de cette enquête à la Faculté des études supérieures (FES) et au Bureau de planification et d'études institutionnelles. Le questionnaire utilisé, élaboré par Duke University et le Massachusetts Institute of Technology (MIT), a été adapté pour le Canada et traduit en français par l'Université Laval. Il porte sur la satisfaction envers le programme d'études, la qualité des cours, les interactions avec les professeurs, le soutien du département ou du programme, les ressources matérielles et financières, la vie étudiante et l'évaluation générale de l'expérience universitaire. Environ le tiers des 7 800 étudiants à la maîtrise et au doctorat de l'Université a répondu au questionnaire administré par le MIT Web Survey Service. Aux dires des spécialistes, cet échantillon est suffisant pour tirer des conclusions fiables de l'enquête.

Six autres universités canadiennes - McGill, McMaster, Toronto, UBC, Waterloo, Western - appartenant au groupe des dix universités les plus actives en recherche (G10) ont mené, au même moment, une opération similaire auprès de leurs étudiants. "Pour la plupart des questions, les réponses des étudiants de l'Université Laval ne se distinguent pas significativement de la moyenne du G10, souligne Marc Pelchat, doyen de la FES. Les quelques variations observées sont le plus souvent à l'avantage de l'Université Laval."

C'est la première fois que la FES mène une enquête de cette ampleur auprès des étudiants-chercheurs. "Auparavant, nous faisions une enquête-maison auprès des nouveaux diplômés, mais les conclusions que nous pouvions en tirer étaient limitées. Nous voulons maintenant répéter l'enquête avec le MIT Web Survey Service à tous les deux ou trois ans pour voir comment évolue le degré de satisfaction des étudiants et pour identifier les points à améliorer", souligne Suzanne Allaire, qui a coordonné l'enquête à la FES.

Sommairement, les résultats indiquent que 94 % des étudiants sont satisfaits de leur expérience universitaire globale, contre 88 % dans le G10. Ils estiment que leurs professeurs sont compétents (97 %) et que leurs cours sont de qualité (93 %). Ils sont 95 % à être satisfaits de leur relation et de leurs interactions avec leurs professeurs, un pourcentage nettement plus élevé que le 86 % enregistré dans les autres universités du G10. Enfin, 78 % des étudiants de l'Université Laval sont satisfaits des locaux et des infrastructures mis à leur disposition, contre 67 % dans le G10.

L'aide financière aux étudiants constitue la principale ombre au tableau. En effet, 42 % des répondants se disent insatisfaits à ce chapitre, contre 47 % dans le G10. Autres nuages dans ce ciel autrement radieux, l'Université se situe sous la moyenne du G10 pour l'aide que le directeur de recherche apporte aux étudiants dans la rédaction de demandes de bourses et de subventions ainsi que dans la rédaction d'articles scientifiques. Des résultats plus complets sont disponibles dans le site Web de la FES (www.fes.ulaval.ca).

La direction de la FES entend donner suite aux préoccupations exprimées par les étudiants, notamment par l'entremise de son groupe de travail sur l'encadrement aux cycles supérieurs. "Nous ne voulons pas utiliser les résultats de cette enquête pour nous asseoir sur nos lauriers, mais bien pour améliorer les choses, insiste Marc Pelchat. La question de l'aide financière est un élément sur lequel nous voulons nous pencher dans les mois à venir."