Au fil des événements
 

8 décembre 2005

   

Université Laval

Forces étrangères

Les étudiants internationaux constituent un choix d'avenir pour les universités québécoises

par Renée Larochelle

Les études supérieures à l'Université Laval sont très populaires auprès des étudiants internationaux. En 2003, plus de la moitié d'entre eux (52 %) étaient inscrits aux 2e et 3e cycles, alors que pour l'ensemble du Canada et du Québec, c'est plutôt le 1er cycle qui l'emportait, les deux tiers des étudiants internationaux y étant inscrits. Selon Nicole Lacasse, titulaire de la Chaire Stephen-Jarislowsky en gestion des affaires internationales à la Faculté des sciences de l'administration, ces statistiques confirment la réputation d'excellence de l'Université à l'étranger en matière de recherche.

C'est l'un des faits saillants qui se dégagent d'une enquête que Nicole Lacasse a menée en 2003 auprès de 300 étudiants internationaux de l'Université et dont elle a livré les résultats le 1er décembre. Entre autres, la chercheure voulait connaître les motivations incitant les étudiants à s'inscrire dans une université québécoise, plus précisément à Laval, l'appréciation de leur séjour d'études et dans quelle mesure ils étaient intéressés à s'installer définitivement au Québec.
Ainsi, plus de 80 % des étudiants internationaux provenaient de l'Europe et de l'Afrique. Les dix nationalités les plus représentées étaient la France (38 %), la Tunisie (9 %), le Maroc (7 %), le Mexique (4 %) et les États-Unis (3 %). La Côte d'Ivoire, le Gabon, le Cameroun, le Sénégal et la Chine représentaient chacun 2 % des étudiants étrangers inscrits à Laval. Les champs d'études les plus courus étaient les sciences et génie (22 %) les sciences de l'administration (15 %) et des sciences de l'agriculture et de l'alimentation (12 %). Interrogés sur leurs motivations à choisir l'Université Laval, les participants ont nommé l'obtention d'un diplôme reconnu dans un domaine de recherche (53 %), la réputation générale de l'Université (52 %) et la réputation de l'enseignement offert (27 %). Enfin, 92 % des répondants se sont dits satisfaits de leur séjour à Laval.

Faciliter l'immigration
L'étude de Nicole Lacasse révèle par ailleurs que 69 % des étudiants internationaux ont affirmé être intéressés à immigrer au Canada. Au chapitre des obstacles à franchir, les participants à l'étude ont mentionné notamment la lourdeur de la procédure administrative (51 %), la difficulté de trouver un travail (24 %) et le manque de ressources financières (8 %). À cet égard, Nicole Lacasse estime que le Canada et le Québec devraient prendre des mesures pour faciliter l'immigration des étudiants diplômés. La décision récente d'élargir l'accès au travail pendant les études pour ces étudiants constitue donc une très bonne mesure, à son avis.

En conclusion de son étude, Nicole Lacasse souligne la nécessité pour le Canada et le Québec de se positionner dans le marché international de l'éducation. "Aujourd'hui, dans le monde, 1, 6 million d'étudiants sont inscrits à des programmes d'enseignement supérieur dans des établissements hors de leur pays d'origine, dit-elle. Ces exportations de services éducatifs ont un poids économique estimé à 40 milliards de dollars." Pour promouvoir ce marché, le Québec devrait établir une base de données pour récolter toutes les informations concernant la mobilité étudiante internationale. Le Québec devrait aussi tenir régulièrement des enquêtes auprès de ces étudiants, afin de mesurer leur appréciation des études au Québec et de pouvoir guider les universités dans leurs stratégies d'internationalisation.