Au fil des événements
 

1er décembre 2005

   

Université Laval

Soigner au bout du monde

L'été dernier, quinze étudiantes et un étudiant en sciences infirmières ont effectué un stage dans cinq pays d'Afrique et d'Asie

par Yvon Larose

Sénégal, Mali, Ghana, Inde et Chine: tels ont été les pays de destination, l'été dernier, de quinze étudiantes et d'un étudiant inscrits au programme "Stage international et interculturel" offert dans le cadre du bac en sciences infirmières. Le jeudi 24 novembre, dans une salle pleine à craquer du pavillon Paul-Comtois, les stagiaires ont fait une présentation audiovisuelle haute en couleurs de leur expérience de vie de dix semaines en pays étranger. Elles ont raconté leurs souvenirs, leurs travaux sur le terrain, leurs émotions. Ces projets de stage crédité en soins de santé primaire dans un contexte culturel différent avaient reçu un encadrement structuré de la Faculté des sciences infirmières, du Bureau international de l'Université et de divers partenaires.

À l'hôpital de Bolgatanga
Sarah Desgagnés, Mélanie Gauthier-Gagnon, Hélène Goulet et Mariève Rousseau ont pris l'avion pour le Ghana, un pays d'Afrique occidentale. Jessika Kerwin, une étudiante au doctorat en médecine dentaire, les accompagnait. Pour la première fois, une équipe de stagiaires de sciences infirmières comprenait une étudiante d'une autre faculté. La petite équipe a passé un mois à l'hôpital régional de Bolgatanga. Pendant que Jessika travaillait en collaboration avec l'assistante dentaire de la clinique dentaire, Sarah, Mélanie, Hélène et Mariève ont assisté les infirmiers et infirmières dans les différents départements de l'hôpital, notamment la chirurgie, la médecine et l'urgence. "Les gens sont peu informés et les traitements préventifs en soins dentaires sont peu populaires, explique Jessika. Les dentistes sont peu nombreux et ils ne font pas d'examens de rappel, de nettoyage ni de détartrage." Les quatre étudiantes en soins infirmiers se sont ensuite retrouvées à la clinique de santé de Kongo-Logre. "Nous avons eu la chance, là-bas, d'assister aux consultations médicales faites par les infirmiers et infirmières, raconte Hélène. Puis nous avons donné les traitements requis, comme les injections, les pansements, la réhydratation intraveineuse. Nous avons aussi pris part à différentes activités, entre autres aux activités communautaires de vaccination dans les communautés environnantes. Nous avons aussi participé au suivi des femmes enceintes et à des accouchements."

Du village à la brousse
Le stage de Suzy Plamondon, Marie-Pierre Tremblay, Julie Trouboul et Sonia Vallée s'est déroulé au Mali, autre pays d'Afrique occidentale, au centre de santé communautaire du village de Sansanding. Les stagiaires ont d'abord participé aux consultations prénatales et assisté aux consultations curatives réalisées par l'infirmier chef de poste. "À la suite de ces consultations, indique Marie-Pierre, nous faisions les différents soins nécessaires, comme les injections intraveineuses ou intramusculaires des médicaments, l'installation de solutés dans le traitement du paludisme ou de déshydratation grave, la réfection des pansements, le contrôle de tension artérielle. De plus, nous avons participé à tout ce qui entourait les accouchements. Nous avons finalement fait la vaccination des enfants et des femmes enceintes ainsi que de la vaccination en brousse, dans de petits villages."

Marianne Bernatchez, Meggie Perron, Anne-Marie Turcotte et Marie-Claude Vandal ont choisi le Sénégal, également en Afrique occidentale, comme milieu de stage. Meggie et Marie-Claude ont séjourné au village de N'Diassane où elles ont effectué des tâches semblables à celles de leurs autres consoeurs stagiaires en Afrique. "Au Sénégal, précise Marie-Claude, les femmes enceintes craignent tellement le mauvais il, les mauvais esprits et les mauvaises langues qu'elles évitent, dans la plupart des cas, d'accoucher le jour. Mais comme la majorité ne peuvent pas attendre la nuit, elles accouchent seules chez elles. Ces conditions peuvent entraîner des hémorragies non contrôlées chez la mère et de l'hypothermie chez le bébé. À ce niveau, notre travail a consisté à sensibiliser les femmes enceintes à venir rapidement au poste de santé dès qu'elles perdent leurs eaux."

Cap sur l'Asie
Émilie Fournier et Guillaume Ouellet ont pris la route de l'Inde. Leur stage, ils l'ont effectué dans l'État du Kerala, où le niveau de santé de la population est le plus élevé au pays. Les étudiants ont notamment observé la popularité de la médecine ayurvédique traditionnelle. "Vieille de quelque 5 000 ans, cette médecine, basée sur des élixirs et des pommades, soulage de divers problèmes de santé, dont l'arthrite", souligne Guillaume. En Inde, les femmes ont moins d'enfants qu'autrefois parce qu'elles sont de plus en plus nombreuses sur le marché du travail. Le taux de fécondité du Kerala est le plus bas au pays, soit 2,1 enfants par femme. Cet État a éradiqué la polio, la malaria et le ver de Guinée. "Mais, ajoute Guillaume, on observe un nombre grandissant de maladies dites occidentales comme le diabète, le cancer et les maladies cardiovasculaires."

Pour leur part, Anne-Marie Lalumière et Ariane Thibault ont effectué leur stage dans un hôpital universitaire de Changchun, en Chine, à l'Unité d'oncologie Bethune-Laval. Elles ont constaté que par manque d'argent, les gens, en général, ne consultent pas un médecin dans un but de prévention, mais plutôt lorsque leur état de santé s'est détérioré. Elles ont également observé qu'il doit obligatoirement y avoir un membre de la famille au chevet du patient pour lui procurer les soins de base en hygiène, alimentation et confort. Autre particularité: le médecin fait d'abord connaître son diagnostic non pas au patient, mais à sa famille. Celle-ci décide ensuite ce qu'il faut dire au patient. On croit que le patient qui ne connaît pas son état de santé de façon précise sera plus disposé à faire face à la maladie.

Un nouveau contingent formé d'une vingtaine d'étudiantes et d'étudiants partira à l'été 2006. Les stagiaires se rendront au Ghana, au Mali, en Mauritanie et au Sénégal, ainsi qu'en Inde et en Chine. Il est possible que des étudiants de médecine dentaire et de médecine soient intégrés au groupe.