Au fil des événements
 

1er décembre 2005

   

Université Laval

250 M$ en fonds de recherche

Les sommes obtenues par les chercheurs de Laval ont grimpé de 7 M$ en 2004-2005

par Jean Hamann

Les subventions et contrats obtenus par les chercheurs de l'Université ont connu une hausse de 3 % en 2004-2005, pour atteindre un total de 250 M$. Cette performance vient donc redresser la tendance observée en 2003-2004 alors qu'une baisse de 34 M$ avait été enregistrée, révèle le rapport du vice-recteur à la recherche, Raymond Leblanc, déposé au Conseil d'administration du 23 novembre. Sur un horizon de cinq ans, les fonds de recherche ont connu une progression de 49 %, pendant que le nombre de chercheurs subventionnés augmentait de 9 %, passant de 1 165 à 1 274.

Les organismes fédéraux, qui ont injecté 12 M$ de plus à l'Université depuis un an, demeurent les principaux bailleurs de fonds de la recherche. Les Instituts de recherche en santé du Canada (34 M$), le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (30 M$), la Fondation canadienne pour l'innovation (28 M$) et le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (9 M$) comptent pour la plus grande part des 111 M$ en provenance d'Ottawa.

Les 59 M$ investis par Québec - en baisse de 3 M$ par rapport à 2003-2004 - proviennent du Fonds de la recherche en santé du Québec (16 M$), du ministère de l'Éducation (11 M$), du ministère de la Santé et des Services sociaux (11 M$), du Fonds québécois de la recherche sur la nature et les technologies (8 M$), du Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture (4 M$) et de Valorisation-Recherche Québec (4 M$). Par ailleurs, les fonds en provenance des compagnies ont chuté de 6 M$ pour s'établir à 40 M$ alors que les fonds fournis par les associations et fondations ont augmenté de 2 M$, pour atteindre 26 M$.

La Faculté de médecine prend encore la part du lion en raflant 120 M$, un montant stable par rapport à l'année précédente. Viennent ensuite les facultés des Sciences et de génie avec 50 M$ (+ 13 %), Sciences de l'agriculture et de l'alimentation avec 23 M$ (+10 %) et Foresterie et géomatique avec 18 M$ (+ 7 %). Le secteur des sciences humaines et sociales, arts et lettres a décroché 24 M$, en baisse de 11 %.

La moyenne des fonds obtenus par chaque chercheur dans les secteurs des sciences de la santé, des sciences naturelles et génie et des sciences humaines et sociales s'établit respectivement à 269 000 $, 220 000 $ et 61 000 $.