Au fil des événements
 

24 novembre 2005

   

Université Laval

Du coeur au ventre

Une étude conclut à l'efficacité d'un médicament contre l'obésité et les risques cardiovasculaires

par Jean Hamann

Une étude internationale, dirigée par Jean-Pierre Després de la Faculté de médecine, conclut à l'efficacité d'un nouveau médicament sur la perte de poids et l'amélioration du profil lipidique des personnes obèses ou présentant un surplus de poids. Publiée dans la dernière édition du New England Journal of Medicine, cette étude sur le rimonabant a mis à contribution 1 036 sujets recrutés par plus de 250 chercheurs et médecins, répartis dans 67 centres du Canada, des États-Unis et d'Europe.

Après avoir pris quotidiennement pendant un an un comprimé de rimonabant, les sujets ont perdu, comparativement au groupe placebo, 5 kilos de plus et leur tour de taille a fondu de 5 cm de plus. Leur taux de bon cholestérol a augmenté de 8 % de plus que les sujets du groupe témoin alors que leur taux de triglycérides, néfastes à la santé cardiaque, a diminué de 12 % de plus que les patients qui prenaient un placebo. Les chercheurs ont également noté que les autres facteurs de risque associés aux maladies cardiovasculaires avaient pris du mieux. Le médicament semble donc bien cibler les principaux facteurs de risques du diabète de type 2 et des maladies cardiovasculaires, concluent-ils. "C'est la première fois que nous assistons à tant d'amélioration des facteurs de risque cardio-métabolique en réponse à un agent pharmacologique unique", commente Jean-Pierre Després. Les chercheurs ont tout de même relevé que le médicament augmentait l'incidence de la dépression, de l'anxiété et des nausées.

Fabriqué par la compagnie pharmaceutique Sanofi Aventis, le rimonabant agirait sur les mécanismes du cerveau et des cellules nerveuses qui interviennent dans le contrôle de l'équilibre énergétique. Ce contrôle opérerait par le blocage de récepteurs du système endocannabinoïde.