Au fil des événements
 

10 novembre 2005

   

Université Laval

66 nouveaux professeurs

par Yvon Larose

Du 1er septembre 2004 au 31 août 2005, le corps professoral de l'Université s'est enrichi de 66 nouveaux membres, soit 34 hommes et 32 femmes. Quarante-deux d'entre eux, soit deux personnes sur trois, sont de nationalité canadienne. Les autres proviennent de différents pays dans le monde. La moyenne d'âge s'établit à 38 ans. Les nouveaux venus se répartissent entre quinze facultés. Celles qui ont engagé le plus sont, par ordre décroissant, Médecine (17), Sciences et Génie (12), Sciences sociales (9) et Administration (7). "Nous avons fait beaucoup de progrès vers l'équilibre hommes-femmes chez nos professeurs, souligne Claude Paradis, vice-recteur adjoint aux ressources humaines. La loi dit que nous devons engager des doctorants ou des doctorantes dans la même proportion que le nombre de personnes disponibles. Or, le nombre de femmes inscrites au doctorat à Laval avoisine les 50 %. Nous sommes donc au milieu de la cible." Malgré une légère diminution par rapport à 2003-2004, le vice-recteur adjoint indique que Laval flirte depuis quelques années déjà avec le point d'équilibre entre ses nouveaux professeurs masculins et féminins. Cela dit, une représentation de 50 % des femmes dans le corps professoral n'est pas pour demain. En 2004, elles représentaient 28,9 % de l'ensemble.

Des profs aguerris
Même si la moyenne d'âge des nouveaux venus s'établit à 38 ans, Claude Paradis fait remarquer que le tiers d'entre eux (23) ont au-dessus de 40 ans, 10 de ces derniers ayant entre 50 et 64 ans. À l'autre bout, 22 nouveaux professeurs sont âgés entre 30 et 34 ans et 5 autres ont entre 25 et 29 ans. Selon le vice-recteur adjoint, la qualité des curriculum vitae reçus était, encore cette année, impressionnante. "Nous n'en revenons pas, dit-il, de la diversité des horizons ni de la qualité des formations et des expériences des candidats. Nous sommes convaincus que nous engageons parmi ceux et celles qui offrent le meilleur potentiel comme enseignants et comme chercheurs."
Claude Paradis qualifie d'"assez féroce" la concurrence que livrent les autres universités à Laval sur le plan du recrutement des nouveaux professeurs. "On le sent particulièrement dans certains secteurs comme les sciences infirmières, les sciences comptables et certains domaines du génie", explique-t-il. Selon lui, les programmes de chaires de recherche du Canada ont contribué de façon appréciable à l'augmentation du corps professoral depuis 2001-2002. L'Université compte actuellement 74 titulaires de chaires du Canada. Une quinzaine d'autres postes de titulaires de chaires seront à pourvoir.

Le corps professoral compte maintenant 1 382 professeurs réguliers et 82 professeurs sous octroi. Cinquante-deux postes de professeurs sont par ailleurs à combler. Le corps enseignant comprend également quelque 900 chargés de cours présentement sous contrat. "Les chiffres des années financières antérieures indiquent que nous avions 1 578 professeurs en 1996-1997, un sommet, poursuit Claude Paradis. Je considère que nous avons perdu au minimum 160 postes de professeurs depuis ce temps pour des raisons de sous-financement." Après avoir atteint un pic en 2000-2001 avec 102, le nombre de professeurs ayant quitté l'Université chaque année est descendu graduellement à 54 en 2004-2005. Un an auparavant, pour la première fois depuis plusieurs années, Laval avait engagé davantage de professeurs qu'elle n'en avait perdus, soit 119 contre 77.