Au fil des événements
 

13 octobre 2005

   

Université Laval

Prendre son pied

Glissements progressifs des plaisirs de la musique expérimentale avec le collectif étudiant Musiques Poulpes

par Renée Larochelle

Aimez-vous la musique expérimentale? Si cette question ne suscite aucune résonance en vous, laissez-vous happer par la proposition audacieuse que vous fait le collectif Musiques Poulpes, le l4 octobre à 20 h, à la salle Henri-Gagnon du pavillon Louis-Jacques-Casault. Dans un grand tourbillon sonore célébrant la musique, interprètes, improvisateurs et performeurs vous en mettront plein les oreilles avec des oeuvres inédites, prenant d'assaut l'espace scénique, chargés à bloc d'ondes aussi percutantes qu'étonnantes. Sortant résolument des sentiers battus de la musique qu'on peut entendre à la radio, Musiques Poulpes est composé d'une vingtaine d'étudiants de la Faculté de musique entrés en composition comme on entrait jadis en religion.

"L'entracte qui aura lieu lors du concert sera le seul moment où le public pourra respirer, promet Luke Dawson, étudiant à la maîtrise en musique et contrebassiste. En fait, nous voulons faire vivre au public une expérience globale flamboyante." Au programme de cette folle équipée au pays des sons figurent des oeuvres du groupe Vitamine Bleue, dont le côté éclectique et les effets contrastants ne laisseront personne indifférent. Puis, trois voix féminines réunies sous le vocable de La Folette chanteront des airs folk rappelant les années 1960 et 1970. Enfin, le groupe Makak s'éclatera dans des rocks endiablés. Des improvisations contrôlées mettront du piquant à cette soirée entièrement consacrée aux compositions audacieuses de jeunes qui s'inscrivent dans les courants forts de la création artistique.

Se mettre au neutre
"La musique contemporaine a encore du chemin à faire avant de se tailler une place, non seulement à Québec mais aussi dans le monde, signale Luke Dawson. Bien souvent, avant même d'avoir pénétré dans la salle, les gens ont des préjugés face à ce qu'ils entendront. Cette musique est parfois perçue comme élitiste, c'est vrai. Mais il faudrait d'abord que les gens acceptent de se laisser aller au fil des différentes ambiances qui s'installent, en somme qu'ils se mettent au neutre, comme ils le font lorsqu'ils assistent à un concert de musique classique, par exemple."

Né en septembre 2004, le collectif Musiques Poulpes est né de la volonté de mieux diffuser la musique expérimentale à Québec. Ayant déjà donné quelques concerts à Québec et vu ses compositions jouer par des musiciens de chambre, le collectif a le vent dans les voiles, avec cette volonté de décloisonner les genres musicaux et de diversifier les publics. Pourquoi ce nom de Poulpes? ""Poulpes" vient du latin polypus désigne les octopodes, révèle Luke Dawson. Et puis, nous trouvions ludique l'association avec un tel animal." L'entrée au concert du 14 octobre est libre.