Au fil des événements
 

6 octobre 2005

   

Université Laval

Les enfants d'abord

par Renée Larochelle

Depuis des années, les enfants sont bien servis sur le campus universitaire. Si les parents étudient ou travaillent, leurs rejetons, eux, bénéficient en effet de services de garde et d'éducation de grande qualité et ne se gênent pas pour en témoigner. On a pu s'en rendre compte le samedi 1er octobre, alors que plus de 250 personnes ont littéralement envahi les locaux du centre de la petite enfance La Charmille afin de célébrer en grandes pompes son 15e anniversaire.

"Plusieurs parents, dont les petits avaient fréquenté la garderie il y a quelques années, étaient accompagnés de leurs enfants, ce qui a donné lieu à des retrouvailles émouvantes, explique Claire Sénéchal, directrice de cette garderie. Il faut dire que le sentiment d'appartenance est très élevé chez nous." On sait qu'en avril dernier, La Charmille et l'Univers des enfants fusionnaient en un seul centre de la petite enfance maintenant connu sous le nom de La Petite Cité. Il accueille 80 enfants âgés de 3 mois à 5 ans, "dans le respect des différences et des croyances, un principe très important pour nous", tient à souligner Claire Sénéchal.

À deux pas de La Petite Cité se trouve le Centre Jour, qui loge au rez-de-chaussée du pavillon Agathe-Lacerte. Sa clientèle se compose à peu près également d'enfants d'étudiants et d'enfants de membres du personnel de l'Université. Répartis en quatre groupes, ils sont 76, dont l'âge varie de 18 mois à cinq ans, à profiter de vastes locaux clairs et ensoleillés. L'espace ne manque pas non plus à l'extérieur de la garderie: deux grandes cours boisées accueillent les petits qui sont, c'est le moins qu'on puisse dire, choyés par la nature.

"C'est vrai que nous nous trouvons dans un endroit exceptionnel, mais la véritable force du Centre Jour réside dans la qualité du personnel, estime la directrice du Centre, Karine Tremblay. En effet, nos éducatrices se distinguent par leur professionnalisme. Nous travaillons en collaboration avec les parents selon un programme pédagogique qui privilégie d'abord et avant tout le respect de l'enfant."

S'il semble que les parents ne se montrent pas plus exigeants qu'avant en ce qui concerne les services de garde et d'éducation offerts, les enfants, eux, sont davantage fatigués, bousculés par le rythme de vie parfois trépidant de leurs parents, souligne Karine Tremblay. "Les parents souhaitent que leurs enfants participent à beaucoup d'activités, dit-elle. On doit parfois les ramener à la réalité des enfants de deux à trois ans et leur montrer qu'ils ne peuvent pas tout faire." Cela dit, ce sont des petits riens qui font toute la différence dans la qualité de vie des enfants et, du même coup, des parents. Ainsi, depuis trois ans, une personne désinfecte quotidiennement tous les jouets de la garderie, ce qui a fait chuter le taux de gastroentérite au Centre Jour. Il fallait y penser!