Au fil des événements
 

15 septembre 2005

   

Université Laval

Arborescences familiales

L'arbre généalogique revu et corrigé par des étudiants en design graphique

par Pascale Guéricolas

Pour savoir où l'on va, il faut d'abord savoir d'où l'on vient. Nadine Ouellet, professeure de design graphique, pense souvent à cette réflexion d'un bénévole de la Société de généalogie lorsqu'elle travaille avec ses étudiants sur la façon de mettre en lumière les générations qui les précèdent dans le cadre d'un cours sur la visualisation de l'information. C'est elle qui, il y a trois ans, les a incités à imaginer une présentation différente des arbres généalogiques traditionnels en partant de leurs propres racines. Une manière pour l'enseignante de rapprocher les étudiants de leur propre histoire. Elle souhaitait aussi leur montrer que des concepts visuels innovants pouvaient simplifier la lecture de certaines données.

Les 16 et 17 septembre, l'exposition "Arborescences familiales" présente un condensé des projets que les étudiants ont conçu dans ce domaine au cours des dernières années. Laissant leur imagination les guider, ils ont aussi bien créé des affiches, des objets en carton et en plexiglas que des plans pour raconter leur parcours familial. La Société de généalogie de Québec a eu vent de leur projet et découvert quelques travaux. "J'ai été très étonnée par leur esprit créatif, raconte Mariette Parent, la présidente de l'organisme. J'ai constaté aussi que cette recherche de leurs ascendants en touchait plusieurs. Mon espoir? Qu'ils vont s'intéresser à cette recherche sur leur famille tout au long de leur vie."

Dans un premier temps, les étudiants ont fouillé les archives en compagnie de membres de la Société de généalogie pour découvrir la trace laissée par leurs parents, leurs grands-parents et leurs arrière-grands-parents grâce aux certificats de baptême et aux actes de mariage répertoriés. Plusieurs ont ensuite conçu leur propre arbre généalogique en s'inspirant du thème des liens du sang. Kim Brousseau a ainsi eu l'idée de présenter sa famille au moyen de quatre éprouvettes remplies d'un liquide rouge foncé. Chacune des étiquettes des tubes met en lumière les liens entre les générations, ainsi que le groupe sanguin des membres de la famille. L'image du coeur, centre de la vie et des émotions, a inspiré pour sa part Isabelle Hébert. L'étudiante a utilisé l'image d'un véritable organe pour disposer sa famille le long des veines cardiaques. Son ancêtre se trouve ainsi au sommet d'un gros vaisseau qui alimente de plus petites veines, ses enfants, et ainsi de suite jusqu'aux derniers descendants. Une idée développée également par Jéremy Hall avec sa main dont les vaisseaux sanguins représentent sa parenté.

"Bien des projets sont très poétiques, constate Nadine Ouellet, J'ai trouvé aussi très touchante la rencontre entre les étudiants d'une vingtaine d'années et les bénévoles de la Société de généalogie qui ont souvent 60-70 ans, passionnés par l'histoire des familles." Certains projets, comme celui d'Audrey Richard, évoquent la fragilité de la vie. Elle a imaginé les membres de sa famille à la manière de spécimens de papillons, épinglés sous verre dans une boîte. D'autres travaux font le lien entre les générations. Stéphane Noël a choisi de représenter ses ancêtres à l'aide de plaquettes de bois à assembler comme un casse-tête, histoire de rappeler l'importance de la forêt dans sa famille. Par contre, le lettrage très urbain souligne que ce descendant de bûcherons vit une réalité très différente.

Exposition "Arborescences familiales" les 16 et 17 septembre, de 10 h à 15 h, dans le hall d'exposition des Archives nationales du Québec, pavillon Louis-Jacques-Casault.