Au fil des événements
 

15 septembre 2005

   

Université Laval

L'AELIÉS se joint au boycott des comptoirs alimentaires administrés par Sodexho

par Yvon Larose

Dans un communiqué émis le 6 septembre, l'Association des étudiantes et des étudiants de Laval inscrits aux études supérieures (AELIÉS) annonce qu'elle se joint officiellement à la campagne de boycott pacifique des comptoirs alimentaires administrés par le concessionnaire Sodexho. Ces comptoirs sont situés dans 15 pavillons de la cité universitaire. En juin dernier, le Comité exécutif attribuait, à la suite d'un second appel d'offres, le contrat de service de ces installations à la société Sodexho alors qu'un soumissionnaire étudiant, L'Entithé, était sur les rangs. Sur la base d'une série de critères de qualité et financiers, Sodexho a obtenu un score global de 87,3 points sur 100, comparativement à 78,4 points pour L'Enthité. Sur la majorité des critères, le soumissionnaire étudiant a obtenu un pointage inférieur à Sodexho.

"L'AELIÉS perçoit la décision de l'administration comme un affront fait aux étudiants, est-il écrit dans le communiqué. Cette décision est d'autant plus offusquante pour l'AELIÉS que les motifs et les raisons invoqués pour justifier ce rejet (taux de sel trop élevé, menus insuffisamment diversifiés, etc.) semblent insuffisants et témoignent de la mauvaise foi de l'administration." L'AELIÉS invite donc ses membres à boycotter les installations de Sodexho, à acheter dans les cafés étudiants et à démontrer à la direction de l'Université leur insatisfaction quant aux aliments servis dans les comptoirs autres qu'étudiants.

AELIÉS, CADEUL: même combat
L'AELIÉS se joint donc à un mouvement de protestation lancé lors de la rentrée universitaire par la Confédération des associations d'étudiants et d'étudiantes de l'Université Laval (CADEUL). Ce mouvement prend diverses formes, notamment la mise en ligne d'un site Web, l'insertion d'un tract dans l'agenda étudiant, la distribution d'autocollants et la vente de t-shirts. Une campagne d'affichage va même jusqu'à parodier la campagne publicitaire de recrutement menée par l'Université l'hiver dernier. Une des affiches montre Simon, 23 ans, étudiant aux études supérieures, qui dit: "Pendant ma maîtrise, j'ai fait la recherche d'un café à mon image". Au bas, on lit que l'étudiant a fini par trouver en mettant le pied dans un café étudiant.

Ce mouvement de boycott s'inscrit dans une action plus large de la CADEUL visant la reprise, par les étudiants, des installations alimentaires du campus. Les deux autres volets de cette campagne consistent à valoriser les cafés étudiants et à encourager leur nombre, et à valoriser l'entrepreneurship étudiant. "Notre campagne sera positive et critique, déclarait récemment Antoine Houde, le président de la CADEUL. Nous allons démontrer que nous aurions réussi à gérer adéquatement les comptoirs alimentaires."

Selon Pierre Boutin, agent de recherche et de planification au vice-rectorat à l'administration et aux finances, et membre du Comité des services alimentaires, "l'octroi des contrats des services de restauration, particulièrement pour Sodexho, s'est fait conformément à la procédure établie et sanctionnée par le Comité exécutif". Quant au boycott, il dit souhaiter qu'il s'exerce "dans le respect des biens, des personnes et des libertés de chacun".