Au fil des événements
 

25 août 2005

   

Université Laval

945 000 $ pour la relève

Deux jeunes chercheurs reçoivent l'appui de la Fondation canadienne pour l'innovation et du gouvernement du Québec

Deux jeunes chercheurs de l'Université profiteront de subventions totalisant 945 000$ pour équiper convenablement leurs labos et ainsi réaliser des projets qui leur tiennent à coeur. L'annonce en a été faite en juin par les responsables de la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI) qui ont divulgué les résultats du dernier concours du programme Fonds de relève. Conformément à la politique de contrepartie de ce programme, la FCI et le gouvernement du Québec ont accordé chacun la somme de 378 000 $ aux deux chercheurs, et l'Université Laval et ses partenaires y ont ajouté 189 000 $.

À la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation, Linda Saucier (Département des sciences animales) a obtenu 604 000 $ pour son projet de "Laboratoire de microbiologie des viandes: validation de procédés et efficacité des systèmes antimicrobiens". À la Faculté des sciences et de génie, Frej Mighri (Département de génie chimique) a récolté 342 000 $ pour son projet "Infrastructure de recherche pour le développement de nouveaux matériaux fonctionnels à forte valeur ajoutée par les procédés d'extrusion double-vis, de coextrusion et d'extrusion réactive".

Le programme Fonds de relève a pour but d'aider les jeunes chercheurs prometteurs à partir leur carrière du bon pied. Les fonds alloués servent à l'établissement de laboratoires et à l'achat de l'équipement requis pour mener à bien leurs travaux. Le programme aide ainsi les universités à offrir un environnement de recherche adéquat et stimulant à la relève scientifique. Depuis la création de la FCI en 1997, 85 projets soumis par des chercheurs de l'Université Laval ont été subventionnés par l'entremise de ce programme. En incluant les contreparties, les sommes obtenues de cette source totalisent plus de 37 M$. Ce programme tire toutefois à sa fin puisque la FCI a décidé de ne pas le reconduire à compter de 2006.