Au fil des événements
 

25 août 2005

   

Université Laval

Bob Rae: "Investir dans l'éducation est un acte profondément démocratique"

par Renée Larochelle

"Geler, c'est facile. Dégeler, c'est difficile. C'est le problème auquel vous faites face au Québec quand il est question de frais de scolarité", a souligné Bob Rae, lors de la rencontre annuelle des administrateurs et administratrices de l'Université qui a eu lieu le 18 août au pavillon La Laurentienne. Selon l'ancien premier ministre de l'Ontario, auteur d'un rapport sur l'enseignement supérieur dans cette province publié en février dernier, le gel des frais de scolarité ne constitue pas la solution miracle pour garantir l'accessibilité aux études universitaires, loin de là. Il serait même un frein au développement des institutions sur le plan de la qualité de l'enseignement et des outils technologiques.

"Les gouvernements doivent augmenter les prêts et bourses et, de façon générale, se montrer plus généreux envers les étudiants, a indiqué le conférencier. Je crois qu'aucun étudiant ne devrait être empêché d'entreprendre des études postsecondaires pour des raisons d'ordre financier. Le droit à l'éducation est sacré, quel que soit le revenu dont on dispose."

S'il convient qu'investir dans la santé et la sécurité est important, Bob Rae répète que les gouvernements doivent saisir la nécessité d'investir dans l'éducation pour le développement de la société. À l'instar du premier ministre de Grande-Bretagne, Tony Blair, qui indiquait récemment que sa priorité tenait en trois mots, "Education, education, education", Bob Rae demeure convaincu que l'éducation est la voie royale menant à la prospérité pour la société. Et comme il est plus facile de faire avancer la justice sociale dans un pays riche que dans un pays pauvre, pour ne citer que cet exemple, quel gouvernement peut se permettre de ne pas se soucier de la prospérité économique de son pays?

Selon Bob Rae, les problèmes sont devant nous, et non derrière. Il ne sert donc à rien de regarder dans le rétroviseur, mais il faut saisir les enjeux actuels et travailler à construire le futur. Faisant allusion aux conséquences du déclin démographique qui touchera le Canada dans les prochaines années, le conférencier insiste sur le fait que la capacité d'innovation et de changement constitue la clef de voûte de l'édifice social.

Un acte démocratique
"Regardons ce qui se passe dans les grandes universités en Chine, en Inde, au Brésil. Nous voyons un changement d'attitude de la part des gouvernements de ces pays qui ont saisi l'importance d'investir dans l'éducation et la recherche pour assurer leur avenir. Et nous, où serons-nous dans dix ans? Comment faire face à la concurrence de plus en plus forte? Pour moi, investir dans l'éducation est non seulement une nécessité mais un acte profondément démocratique pour l'ensemble des citoyens."

Selon Bob Rae, les universités doivent se pencher sur la spécificité de leur mission et se pencher sur les aspects qui les différencient des autres établissements. Ce n'est qu'à ce prix qu'elles pourront rejoindre les meilleures, grâce à une connaissance accrue de leur potentiel. Une chose est certaine, a enfin rappelé Bob Rae. "À travers les embûches et les difficultés qu'elles traversent, les universités ne doivent jamais perdre de vue l'excellence."