Au fil des événements
 

25 août 2005

   

Université Laval

Arts visuels

Couleur au carré

par Pascale Guéricolas

Il y a quelques jours, Louise Lemoine mettait la dernière touche à son mémoire de maîtrise en arts visuels orienté vers la création. Bien emballés, la dizaine de tableaux, réalisés au cours des deux dernières années et sur lesquels elle avait réfléchi dans son essai, attendaient d'être installés dans la Galerie des arts visuels. Soudain, l'étudiante a été prise d'un désir impérieux. Il fallait qu'elle retourne en atelier, qu'elle retrouve ses pinceaux et le plaisir de la création. Une autre toile, composée de carrés orange, bleus et jaune de Naples, a peu à peu surgi pour s'ajouter à son exposition, "Variation variable". "J'aimerais que les spectateurs aient une expérience spatiale en regardant mes tableaux, raconte Louise Lemoine. L'accumulation de petits carrés sur la toile finit par donner l'impression que les couleurs bougent, qu'elles nous enveloppent : cela devient un jeu visuel."

C'est un peu par hasard que cette artiste a découvert le processus créatif qu'elle a expérimenté durant ses deux années à la maîtrise. Installée dans un petit coin de l'atelier qui accueille les étudiants de deuxième cycle en arts visuels, elle n'avait pas de place pour se déployer. Elle a donc divisé une toile en seize parties, puis commencé à peindre de petits carrés de couleurs sans croquis préalable. Les carrés d'un pouce, d'un quart de pouce et d'autres dimensions se sont multipliés pour finalement produire des compositions sur des toiles de grandes dimensions. "Pour moi, c'est comme un jeu d'équation, de soustraction et d'addition car la couleur a une quantité, un poids, précise l'étudiante. Cela exprime ma quête d'espace."

En cours de création, elle choisit donc de peindre des carrés bleus, d'autres rouges ou verts à l'huile ou à l'acrylique, en repassant plusieurs fois sur la même surface. Chemin faisant, l'artiste a pu établir un lien avec ses productions les plus anciennes, réalisées au cours de son baccalauréat à l'Université de Victoria en Colombie-Britannique, où la couleur tenait aussi une place prépondérante. Elle a aussi réalisé que d'autres artistes avant elle, comme Mondrian, Molinari ou Joseph Albert, avaient puisé leur inspiration dans la couleur à travers des formes géométriques. De carré en carré, la force et la profondeur des pigments l'ont frappée ainsi que le jeu chromatique. Son intérêt grandissant pour les couleurs intenses se reflète d'ailleurs dans les compositions exposées qui évoluent de teintes plus pâles vers de francs contrastes pour les dernières créations.

Peindre quelque 10 000 carrés par toile à l'aide de minces pinceaux a constitué par ailleurs une véritable expérience de vie pour l'artiste, car la tâche a des allures de travail monastique. "C'est vrai, cela se rapproche de la méditation, confirme Louise Lemoine. J'ai le temps de penser, de rêver, de découvrir mes excentricités en peignant. Le geste très répétitif permet de ralentir et de prendre conscience de ce qui se passe en soi." Une pratique qui peut se rapprocher de la méthode Feldenkrais, l'autre passion de l'artiste, qu'elle va enseigner dès septembre prochain. Il s'agit en effet d'explorer les mouvements du quotidien pour mieux reprendre contact avec soi-même et l'environnement. À ses yeux, les toiles exposées deviennent également une façon de marquer le temps. "Chaque carré peint joue un peu le rôle de métronome, note l'artiste. La composition devient donc une forme visuelle de mon expérience dans le temps."

L'exposition "Variation variable" se poursuit jusqu'au 3 septembre. La Galerie des arts visuels loge dans l'édifice de la Fabrique, 255 boulevard Charest Est. Elle est ouverte du dimanche au samedi, de 12 h à 17 h. Vernissage le dimanche 28 août à 14h.