Au fil des événements
 

12 mai 2005

   

Université Laval

Les plans d'avenir des futurs architectes

par Pascale Guéricolas

Il y avait largement de quoi bâtir une ville idéale parmi les projets d'une trentaine de finissants de l'École d'architecture, exposés pendant la première semaine de mai dans une des salles du Musée de la civilisation sous forme de plans et de maquettes. À la fin de leurs études, les futurs architectes ont en effet le loisir d'imaginer un nouveau bâtiment de A à Z ou de rénover un site existant. Martin Côté a, par exemple, trouvé une nouvelle vocation à l'ascenseur qui relie le quartier Saint-Roch au quartier Saint-Jean-Baptiste sur la côte d'Abraham. Il voit cet espace comme une immense discothèque avec des salles à vocations multiples enfouies dans la falaise. Les parois en béton sur la côte capteraient le son de la circulation pour mieux le diffuser après traitement sous forme de bruit de chutes d'eau.

Marie-Christine Nadeau a elle aussi exploité le filon aquatique en construisant un centre thermal entouré d'une muraille de béton constamment recouverte d'eau, dans le stationnement en arrière de l'Édifice de la Fabrique où se trouve l'École des arts visuels. D'autres étudiants ont choisi d'aménager des écoles, des centres de la petite enfance, des musées, des églises comme celle du quartier Saint-Jean Baptiste qui pourrait accueillir des concerts et des expositions.
Certains ont planché sur l'aménagement urbain en réfléchissant, par exemple, à l'intégration d'une place publique et de logements multiples dans le quartier entourant un centre commercial dans l'Outaouais, ou encore à la mise en valeur des berges de la rivière Richelieu à Sorel-Tracy. Mais la palme de l'originalité revient peut-être à Simon Pelletier-Boucher qui a conçu un village écologique de villégiature au sommet du Mont Radar dans la Beauce. Pour mieux sensibiliser ses concitoyens à l'importance de l'environnement, il a imaginé de nouveaux matériaux de construction. Les gobelets en styrofoam compressés pourraient servir d'isolant, les pneus usés se retrouveraient transformés en bardeaux et les bouteilles en plastique emboîtées les unes dans les autres formeraient un nouveau type de pilier!