Au fil des événements
 

12 mai 2005

   

Université Laval

L'éthique est une sagesse en chantier

par Renée Larochelle

Au cours des dernières années, de plus en plus d'organisations ont mis en place des codes d'éthique susceptibles de favoriser des comportements responsables de la part de leurs employés et clients. Au Centre hospitalier Robert-Giffard, par exemple, les employés et les bénéficiaires ont bâti ensemble un code moral basé sur des droits touchant notamment à la dignité et au respect, à l'information et à la liberté d'expression, le tout sur un mode convivial. "Dans les organisations, la tendance actuelle est de sortir l'éthique de son corset et d'accorder une grande place au dialogue", estime Lyse Langlois, professeure au Département des relations industrielles et l'une des responsables du 60e congrès en relations industrielles qui a eu lieu les 25 et 26 avril à Québec, sur le thème "Éthiques et dilemmes dans les organisations".

Quelque 325 participants ont assisté à diverses tables rondes et conférences animées par des représentants du monde syndical, patronal et gouvernemental. "L'éthique pourrait se définir comme un processus de réflexion sur ce qu'on considère juste et injuste", soutient Lyse Langlois. La mise en application d'un code d'éthique ne se fait pas du jour au lendemain et nécessite d'investir dans une vision à long terme. De même, l'efficacité et l'éthique ne sont pas incompatibles mais doivent s'accompagner d'un changement de perspective. Sinon, le duo efficacité-éthique peut s'avérer infernal.".

Jonglant avec toutes sortes de dilemmes dans leur pratique quotidienne, des panélistes ont ainsi parlé de la difficulté de composer avec l'urgence de la prise de décision et le geste éthique, l'un n'allant pas toujours de pair avec l'autre. Une autre table ronde a vu débattre des enjeux de l'éthique dans le contexte d'une négociation collective. "Si certains dirigeants d'entreprise ont dit se sentir plus à l'aise dans le cadre juridique et ont parlé de limites à imposer pour éviter les abus, d'autres ont réaffirmé l'importance du dialogue entre les parties, rapporte Lyse Langlois. En somme, on assiste à la confrontation de deux mondes."

Les congressistes ont été unanimes à dire que les conduites non éthiques avaient des répercussions majeures sur les relations sociales au travail et les performances d'une organisation. Qu'il s'agisse de harcèlement psychologique et sexuel ou encore d'un environnement de travail inadéquat, le manque d'éthique enferme les personnes dans un monde de solitude d'où il est difficile de sortir sain et sauf. Là encore, la solution réside dans le dialogue et la mise en place de mécanismes favorisant le geste éthique, comme dans le cas des employés et des bénéficiaires du Centre hospitalier Robert-Giffard, chaque partie trouvant son compte dans un code moral construit dans le respect des besoins mutuels. "L'éthique, c'est une sagesse en chantier, souligne Lyse Langlois. Il ne s'agit pas seulement d'appliquer les lois et les règlements dans une entreprise, mais de s'entendre sur des choses essentielles en tenant toujours compte du contexte et de la réalité."