Au fil des événements
 

12 mai 2005

   

Université Laval

Campus sans frontières

Quelque 3 500 personnes assisteront aux cours de l'École internationale d'été de langues

par Yvon Larose

La cité universitaire bat au rythme des langues vivantes depuis l'ouverture officielle, le lundi 9 mai au Grand Salon du pavillon Maurice-Pollack, de la quatrième édition de l'École internationale d'été de langues. Durant les six prochaines semaines, 1 700 étudiantes et étudiants de l'Université suivront des cours réguliers d'anglais, d'espagnol, d'allemand, d'italien ou de français langue maternelle. Un contingent de 335 autres étudieront de manière intensive qui l'anglais, qui l'espagnol, qui le russe et qui le portugais. Enfin, 270 étudiantes et étudiants hors Québec suivront des cours intensifs de français langue étrangère.

Ces activités de formation sont offertes par l'École de langues de l'Université Laval. Comparée à 2004, l'École internationale présente cette année deux augmentations statistiques spectaculaires. Les inscriptions aux cours réguliers d'anglais et aux cours intensifs de russe ont en effet bondi respectivement de 57 % et de 92 %. Dans le premier cas, les inscriptions sont passées de 438 à 686. Dans l'autre cas, elles ont augmenté de 25 à 48. "La reconfiguration de tous les programmes d'études de l'Université est maintenant terminée et cette reconfiguration, qui tient compte de la politique d'internationalisation de la formation en vigueur à Laval, exige que l'étudiant suive des cours de langues, dont l'anglais", indique Silvia Faitelson-Weiser, directrice de l'École de langues, pour expliquer ces importantes hausses. Selon elle, il se peut également que de nombreux étudiants profitent de la session d'été pour prendre leurs cours de langues, ce qui permet d'alléger leur charge de cours durant l'année.

La seconde partie de la session d'été commencera le 4 juillet. On prévoit que quelque 850 non-francophones envahiront alors la cité universitaire pour suivre des cours intensifs de français langue étrangère. Des cours réguliers d'anglais et d'espagnol seront également offerts à plus de 400 personnes, ainsi que deux stages de perfectionnement en enseignement du français langue étrangère. Une soixantaine de professeurs de français, en provenance des quatre coins des Amériques, participeront à ces stages.

Des anglophones francophiles
Environ la moitié des 270 personnes qui suivent actuellement les cours intensifs de français langue étrangère sont originaires du Canada anglais et une quarantaine d'autres proviennent des États-Unis. Globalement, les étudiants inscrits à ces cours représentent une quarantaine de pays répartis sur cinq continents. L'Ontarienne Leanne Hanna, le Chilien Mauricio Kusanovic et la Chinoise Xie Ping sont du nombre. La première se destine à l'enseignement du français, le deuxième se prépare à suivre, à l'automne, des cours en administration à l'Université Laval, et la troisième, déjà inscrite à Laval à la maîtrise en administration des affaires, avec concentration en gestion internationale, perfectionne son français, "une très belle langue", selon elle.

La Québécoise Myriam Cloutier et le Français Sébastien Hoch ont choisi l'espagnol intensif. Myriam est inscrite au bac en enseignement de l'anglais, langue seconde avec option en espagnol. Elle prévoit enseigner cette langue plus tard. Étudiant à Laval à la maîtrise en administration des affaires, avec concentration en affaires électroniques, Sébastien, lui, apprend l'espagnol "pour le plaisir". "J'aime bien apprendre les langues étrangères, explique-t-il. L'espagnol était la dernière grande langue européenne que je ne maîtrisais pas." Deux autres étudiants de Laval, le
Martiniquais David Quitman, inscrit au bac en génie physique, et la Québécoise Annie Desroches, inscrite au bac en sciences infirmières, suivent les cours intensifs d'anglais dans le but de parler couramment cette langue, ce qui leur sera très utile pour voyager. Quant aux Québécois Julie Bouchard et Simon Paquin, ils ont choisi respectivement le russe et le portugais intensifs. Diplômée en chant classique, ayant déjà l'espagnol, l'anglais et l'allemand à son actif, Julie veut pouvoir explorer le répertoire vocal russe. Simon, pour sa part, est inscrit au bac intégré en études internationales et langues modernes. " Je parle déjà l'espagnol et un peu le portugais, dit-il. Je suis ici pour ma culture personnelle."