Au fil des événements
 

12 mai 2005

   

Université Laval

Architectes sans frontières

Des étudiants de l'École d'architecture apportent une aide originale à une ONG sénégalaise

par Yvon Larose

Le 23 mai, l'organisation non gouvernementale sénégalaise BLD (bibliothèque, lecture, développement) exposera à la mairie de Mbao, dans le grand Dakar, 11 propositions pour un projet de bibliothèque de quartier de deux étages. Ces propositions ont ceci de particulier qu'elles sont faites par treize étudiantes et étudiants de troisième année d'architecture de l'Université Laval. Elles ont été élaborées l'hiver dernier dans le cadre du cours-atelier Projet en milieu interculturel.

Au dire du professeur André Casault, les étudiantes et les étudiants ont été emballés par l'expérience. "Ce fut un atelier très stimulant caractérisé par la complexité du sujet et par le côté réel de l'exercice", indique-t-il. La directrice de l'ONG répondait à distance aux interrogations des uns et des autres. Les responsables de l'ONG, assistés d'un architecte sénégalais, commentaient les dessins envoyés par les étudiants. Le défi d'un tel projet? "Réussir, pour l'étudiant, à sortir de ses archétypes culturels et penser à un contexte climatique très différent où les gens vivent presque toujours à l'extérieur", répond André Casault. Selon lui, le bâtiment devait être conçu comme une sorte de gruyère pour permettre à l'air de circuler. En même temps, il fallait faire en sorte d'empêcher la poussière d'entrer. Il fallait aussi des toitures doubles ainsi qu'une enceinte pour s'adapter aux exigences culturelles. L'étudiante Valérie Laurent a obtenu la note A+. "Son projet est excellent, soutient le professeur. Les élévations et l'enceinte avec ses murales sur le pourtour s'intègrent très bien au contexte environnant. Le hall d'entrée est immense et on se sent toujours à l'extérieur tout en étant à l'intérieur du bâtiment. Des bouquets de bambou rafraîchissent l'atmosphère et créent de belles ombres."

Des propositions inédites
Le point de départ de l'exposition remonte à l'été dernier alors que deux étudiants de première année de l'École d'architecture, Kellie Viens-Messier et Olivier Bernier, prennent connaissance des actions de BLD. Mis en contact avec la responsable de l'ONG, ils lui proposent de faire bénévolement une collecte de livres usagés à Québec, livres qui seront ensuite envoyés par bateau dans un conteneur au Sénégal. La collecte, effectuée cet hiver auprès d'écoles secondaires et des auditeurs d'une émission radiophonique, a permis de recueillir quelque 6 000 livres. "Sachant que l'ONG avait un projet de construction d'une bibliothèque de quartier, et sachant que l'École d'architecture est ouverte à l'interculturel, nous leur avons fait une seconde proposition, soit de s'informer auprès du directeur de l'École s'il n'était pas possible d'intégrer le projet de l'ONG à un cours pratique", explique Kellie Viens-Messier. Avec Olivier Bernier, elle sera à Dakar ce mois-ci pour aider au montage de l'exposition, répondre aux questions et distribuer un recueil sur les propositions étudiantes qui servira ensuite d'outil de référence et de promotion du projet.

Après une discussion avec le directeur de l'École d'architecture, André Casault s'est rendu à Dakar afin de bien connaître le contexte dans lequel s'inscrit le projet de l'ONG. Il avait préalablement contacté la directrice de l'ONG pour discuter du rôle que l'Université serait appelée à jouer. "Nous ne voulions pas prendre la place d'un bureau d'architectes local, précise-t-il, mais plutôt aider BLD à promouvoir son projet en aidant les responsables à le visualiser. Nous avons parlé des besoins de l'ONG, des matériaux requis et du type de construction souhaité. J'ai aussi fait le tour des écoles et des quartiers d'où viendra la clientèle."