Au fil des événements
 

14 avril 2005

   

Université Laval

Laval prend le virage de la qualité alimentaire


Le concessionnaire Laliberté obtient les contrats pour les pavillons Alphonse-Desjardins et La Laurentienne, mais un nouvel appel d'offres sera nécessaire pour le lot regroupant quinze autres pavillons

par Yvon Larose

Le Comité exécutif, réuni le mardi 12 avril, a tranché dans le dossier des contrats de services alimentaires sur le campus après avoir reçu le rapport du Comité des services alimentaires sur les deux lots soumis au processus d'appel d'offres. Le concessionnaire alimentaire Laliberté et associés, qui dessert les pavillons Alphonse-Desjardins et La Laurentienne depuis dix ans, voit son contrat d'exploitation renouvelé pour une période de cinq ans aux deux endroits. Il remporte la mise devant l'autre soumissionnaire conforme pour cette concession, Zone Université Laval.

Deux autres soumissionnaires conformes avaient, quant à eux, déposé chacun une offre pour un lot regroupant quinze autres pavillons. Ces propositions de L'Entithé, une corporation créée par la Confédération des associations d'étudiants et d'étudiantes de l'Université Laval, et de Cafétéria Chabot, une division des Services alimentaires Monchâteau, sont cependant rejetées. Motif: elles ne répondent pas de manière suffisante et satisfaisante aux attentes de l'Université telles qu'exprimées dans l'appel d'offres. Un nouvel appel d'offres s'avère donc nécessaire et tous ceux qui ont présenté une proposition lors du premier appel d'offres peuvent soumissionner de nouveau.

"Le Comité exécutif mandate le vice-recteur à l'administration et aux finances Claude Godbout pour lancer un nouvel appel d'offres dans les meilleurs délais pour le lot de quinze pavillons", indique Pierre Boutin, agent de recherche et de planification au vice-rectorat à l'administration et aux finances, et secrétaire du Comité des services alimentaires. "Notre objectif, ajoute-t-il, est que le prochain concessionnaire de ce lot puisse commencer ses opérations au début de la session d'automne. Puisque le contrat actuel vient à échéance le 31 mai, nous prévoyons mettre en place des mesures de transition."

Des services à bonifier
Pour l'appréciation générale de sa soumission, le concessionnaire Laliberté et associés a reçu une note de 80 %. Mais dans le contexte où la Direction de l'Université entend faire faire au campus un virage décisif vers la qualité alimentaire, le Comité des services alimentaires demandera au concessionnaire de bonifier sa prestation de services. Cela signifie qu'il devra augmenter de façon significative son offre d'aliments à base de grains entiers, identifier de façon spécifique les mets santé dans son programme de menus déjeuners, et réduire davantage la teneur en gras dans la préparation et la cuisson des aliments et mets offerts.

Le rapport du Comité des services alimentaires souligne qu'en général, les soumissionnaires n'ont accordé qu'une importance relative à la dimension "mets santé", en particulier pour les mets composés de grains entiers, et ce, malgré les exigences de l'appel d'offres. "Le message que nous avons voulu passer en alimentation plus saine et nutritive n'a pas eu l'impact recherché, admet Pierre Boutin. Dans le cadre d'un futur appel d'offres, nous adapterons la grille d'analyse des soumissions de manière à accentuer l'importance attribuée à la promotion des mets santé dans les programmes de menus."

Le processus d'appel d'offres public, lancé par la Direction de l'Université pour l'attribution des nouveaux contrats, a respecté les règles d'usage. Prévue pour le 3 mars, la date limite pour le dépôt des offres a cependant été repoussée d'une semaine à la demande de certains soumissionnaires. Cette pratique, au demeurant courante, a permis à ces derniers de réagir à des précisions supplémentaires fournies par la Direction. Les étapes de l'évaluation des dossiers et de la prise de décision ont ensuite respecté les délais habituels.

Le Comité des services alimentaires a été créé en novembre dernier par le Conseil d'administration dans le cadre du virage entrepris par l'Université vers la qualité alimentaire. Cette structure permanente a comme mandat général d'encadrer la qualité alimentaire sur le campus. Entre autres choses, ses membres analysent l'état des services de restauration, formulent les recommandations appropriées relatives aux plaintes et pétitions des usagers, et surveillent l'application des exigences contractuelles en termes de qualité, de diversité et de sécurité alimentaire. Le défaut des concessionnaires de se conformer aux exigences du contrat et aux recommandations du Comité peut entraîner la cessation du contrat du concessionnaire. Claude Godbout et Pierre Boutin sont membres du Comité, de même que Yannick Laroche, étudiant au baccalauréat en génie physique, Denise Ouellet, professeure au Département des sciences des aliments et de nutrition, Gilles Poirier, coordonnateur aux infrastructures au Centre de services du pavillon Maurice-Pollack, Monique Richer, doyenne de la Faculté de pharmacie et Paul Théberge, coordonnateur à l'administration à l'Institut québécois des hautes études internationales.