Au fil des événements
 

7 avril 2005

   

Université Laval

Vers une carrière en recherche

L'Université Laval compte actuellement 180 stagiaires postdoctoraux

par Yvon Larose

Titulaires chacun d'un doctorat, la Chinoise Haidong Li et l'Albanais Gjin Biba terminent actuellement un stage postdoctoral à l'Université Laval, la première en génie mécanique, le second en analyse des dynamiques urbaines. "J'effectue mon stage au Laboratoire de robotique où j'ai fait auparavant mes études doctorales, explique Haidong Li. J'ai choisi de rester à Laval parce que j'aime l'environnement de recherche de notre laboratoire. Dans mon domaine, l'expérience postdoctorale est nécessaire pour décrocher certains types d'emplois. Mon projet de recherche porte sur l'analyse cinématique et l'étude des lieux de singularité de robots parallèles. Mon superviseur me finance."

Pour sa part, Gjin Biba dit avoir beaucoup entendu parler de l'Université Laval lorsqu'il faisait ses études universitaires en France. "La très bonne réputation de Laval pour la recherche ainsi que la rencontre d'étudiants de Laval venus présenter leurs travaux de recherche à l'Université de Montpellier où j'étudiais m'ont poussé à prendre contact avec le Centre de recherche en aménagement et développement (CRAD), indique-t-il. Comme économiste, j'avais besoin d'approfondir les outils que sont les systèmes d'information géographique. J'avais aussi besoin de mieux connaître les méthodes quantitatives de l'analyse des comportements. Mon projet de recherche porte sur l'analyse des comportements de déplacements de magasinage dans la communauté métropolitaine de Québec. Mon financement est assuré par le CRAD."

Une définition plus claire
La Politique d'accueil et d'encadrement des stagiaires postdoctoraux, en vigueur depuis 1996 à l'Université, fait présentement l'objet d'une révision par la Faculté des études supérieures. Cette révision avait reçu l'aval du Conseil universitaire, le 1er mars dernier. "La nouvelle politique se veut plus claire dans la définition des stagiaires postdoctoraux, précise le vice-doyen de la Faculté, Gérard Charlet. L'Université officialise leur statut et elle coordonne des actions. La pratique que nous commençons à construire pourrait inclure la mise sur pied d'une banque de curriculum vitae pour faciliter l'entrée des stagiaires sur le marché du travail. Il nous semble également important d'animer ce groupe, notamment par des rencontres périodiques. Nous voulons aussi établir un guichet unique où s'adresseront les stagiaires à leur arrivée. Ils arrivent à tout moment dans l'année et ils ont besoin d'être guidés à travers la bureaucratie et la paperasse."

La Politique d'accueil et d'encadrement des stagiaires postdoctoraux définit le statut, mais aussi les droits et les devoirs des stagiaires. Elle précise en outre le rôle et les responsabilités de l'Université à leur égard. Elle vise également à faciliter l'intégration des stagiaires dans la communauté universitaire. Le stagiaire postdoctoral est titulaire d'un doctorat depuis moins de cinq ans. Il participe aux activités de recherche de l'Université dans le but d'acquérir une expertise complémentaire à temps complet et pour une durée déterminée. Un stage dure généralement de un à quatre ans. Le soutien financier est assuré sous forme de bourse versée par un organisme extérieur ou par une unité de recherche de l'Université, ou dans le cadre de subventions ou contrats obtenus par un ou plusieurs professeurs.

Une importante ressource intellectuelle
La Politique affirme que les stagiaires postdoctoraux jouent un rôle essentiel dans la réalisation et le développement des activités de recherche à l'Université. "D'avoir de jeunes et brillants docteurs dans son équipe constitue une marque de succès et de notoriété pour un professeur, souligne Gérard Charlet. Leur présence est aussi un stimulant pour les activités de recherche parce qu'ils acquièrent une expertise particulière qui leur manque tout en partageant leurs connaissances. Finalement, l'Université et les stagiaires y gagnent." Ce dernier voit le postdoctorat comme la dernière étape dans la formation d'un futur chercheur de pointe. À Laval, les stagiaires restent rarement plus que deux ans. Ils gèrent un projet de recherche et reçoivent un encadrement moins serré qu'au doctorat.

À Laval, 180 personnes forment le contingent actuel de stagiaires postdoctoraux. Une quarantaine viennent du Québec. Les autres sont originaires d'une trentaine de pays situés sur tous les continents. La France est la nation la plus représentée. On retrouve les stagiaires postdoctoraux dans plusieurs facultés, principalement dans celles de médecine, des sciences et de génie, de foresterie et de géomatique, et des sciences de l'agriculture et de l'alimentation. Les femmes représentent environ le tiers des stagiaires postdoctoraux.