Au fil des événements
 

7 avril 2005

   

Université Laval

Jacques Marchand,
boursier Steacie 2005

Lorsque des ouvrages de la marine américaine sont pris d'assaut par l'eau de mer ou qu'on s'interroge sur la solidité d'un immeuble adjacent aux tours du World Trade Centre, qui appelle-t-on à la rescousse? Jacques Marchand, professeur au Département de génie civil de l'Université Laval. Ce spécialiste du béton, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en prédiction de la durée de vie des infrastructures en béton et responsable du Centre de recherche sur les infrastructures en béton, vient de recevoir un nouvel honneur qui salue ses fulgurantes premières années dans le monde de la recherche: le Conseil de recherches en sciences et en génie du Canada (CRSNG) lui a décerné l'une des six bourses Steacie 2005.

Cette distinction - l'une des plus prestigieuses en science au pays - est attribuée à des professeurs universitaires canadiens qui ont terminé leurs études de doctorat depuis moins de 12 ans et qui ont déjà accompli de grandes choses dans leur domaine. Elle s'accompagne de subventions en fonds de recherche et d'équipement provenant du CRSNG et de la Fondation canadienne pour l'innovation, en plus de couvrir le salaire du récipiendaire pendant deux ans.

Jacques Marchand et son équipe cherchent des façons d'améliorer le béton et d'en prédire la durabilité. À cette fin, ils ont conçu des outils de calcul inédits qui évaluent la durée de vie utile des ouvrages faits de ce matériau. Le plus célèbre d'entre eux, le modèle mathématique STADIUM, s'intéresse à l'impact de la corrosion chimique sur les ouvrages de béton. Il a été utilisé pour estimer la durée de vie de structures situées partout dans le monde, y compris certains ouvrages appartenant à la marine américaine. On y a également fait appel pour évaluer les dommages causés aux fondations de l'ancien édifice de la Deutsche Bank, adjacent à la tour Sud du World Trade Centre, dont le sous-sol avait été inondé de carburant à la suite des événements du 11 septembre 2001. Jacques Marchand devient le cinquième professeur de l'Université Laval à remporter la bourse Steacie depuis la création de ce prix en 1969.