Au fil des événements
 

7 avril 2005

   

Université Laval

Grève étudiante: du rattrapage pour une dizaine de programmes à ce jour

par Yvon Larose

"En date d'aujourd'hui, le 6 avril, nous maintenons encore l'intégrité de la session en espérant terminer le tout pour le 29 avril." C'est en ces termes que la vice-rectrice aux études Christiane Piché a réagi mercredi au mouvement de grève étudiante qui se poursuivait toujours sur le campus. Dans un communiqué émis la semaine dernière, la vice-rectrice rappelait qu'en général une session de 12 semaines est considérée encore valide. "Présentement, écrivait-elle, nous n'envisageons pas de prolongation au-delà de la semaine du 25 au 29 avril, période habituellement réservée aux examens de la session d'hiver." Selon elle, les cours qui compteront moins de 12 semaines feront obligatoirement l'objet d'activités de rattrapage. Une dizaine de programmes de baccalauréat sur 90 seraient pour le moment concernés par de telles mesures, notamment sociologie, science politique et anthropologie. Selon le communiqué, le personnel enseignant, les directions de programmes, les départements et les facultés auront la responsabilité de planifier les activités de rattrapage "en mettant à profit leur sens de l'organisation et leur créativité, sachant qu'ils auront vraisemblablement à utiliser de façon maximale la semaine du 25 au 29 avril, les fins de semaines et les plages horaires du soir".

Le mouvement de grève contre la conversion en prêts de 103 M $ de bourses dans le programme d'Aide financière aux études du ministère de l'Éducation du Québec (MEQ) est maintenant entré dans sa sixième semaine à l'échelle provinciale. Le 2 avril à Rimouski, une entente de principe est intervenue à ce sujet entre la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), la Fédération étudiante collégiale du Québec et le MEQ. Cette entente prévoit un réinvestissement dans les plafonds de prêts de l'Aide financière aux études de 70 M $ en 2005-2006 et de 103 M $ par année dès 2006-2007. La FEUQ a recommandé à ses membres d'accepter l'entente.

Au moment de mettre sous presse, et selon les données fournies par la Confédération des associations d'étudiants et étudiantes de l'Université Laval (CADEUL), une vingtaine d'associations départementales ou facultaires du premier cycle étaient en grève générale illimitée reconductible chaque semaine. Soulignons que de nombreuses associations doivent tenir des assemblées générales cette semaine pour se prononcer sur l'entente de principe du 2 avril. Du côté des cycles supérieurs, près de 400 étudiantes et étudiants membres de l'AELIÉS ont rejeté l'entente, lundi dernier, par 73 % des voix. La grève générale illimitée se poursuit donc et sera reconductible lors de l'assemblée générale du 13 avril.