Au fil des événements
 

31 mars 2005

   

Université Laval

Solution atoca

La consommation quotidienne de jus de canneberges aiderait les personnes confrontées à des problèmes lipidiques

par Jean Hamann

Le jus de canneberges ne remplacera pas les médicaments anti-cholestérol chez les personnes qui ont des problèmes lipidiques graves, mais il pourrait aider à prévenir la détérioration de l'état de santé des personnes prédisposées aux problèmes lipidiques, estime Guillaume Ruel, du Département des sciences des aliments et de nutrition. L'étudiant-chercheur, qui a présenté le fruit de ses travaux lors d'une conférence qui avait lieu le 24 mars sur le campus, arrive à cette conclusion après avoir soumis un groupe de 30 hommes sédentaires, en bonne santé, mais présentant un surplus de poids, à une "cure" de jus de canneberges d'une durée de 16 semaines.

L'indice de masse corporelle (27,8), le tour de taille (98 cm), le taux de bon (1,24) et de mauvais (4,06) cholestérol de ces sujets leur conféraient un risque de maladie cardiovasculaire plus élevé que la moyenne sans pour autant être affolant. Les chercheurs ont demandé aux participants de consommer quotidiennement 500 ml d'une boisson dont le contenu en jus de canneberges - faible en sucre - augmentait de 125 ml à toutes les quatre semaines, passant de 0 ml ­ le placebo ­ à 500 ml. Au terme de l'étude, les sujets avaient perdu 1,6 kg de masse corporelle, 2 cm de tour de taille et 1 cm de tour de hanche. De plus, leur profil lipidique indiquait une baisse significative de 9 % des triglycérides, une hausse de 8 % du bon cholestérol et une baisse de 33 % d'un type de mauvais cholestérol (LDL-ox), principal responsable de la formation de dépôts à l'intérieur des artères. Ces résultats suggèrent que la consommation quotidienne de jus de canneberges améliore le profil lipidique des hommes légèrement hypercholestérolémiques, conclut Guillaume Ruel.

L'effet positif du jus de canneberges serait attribuable à ses composés phénoliques; à ce chapitre, la nature a gâté la canneberge puisqu'elle trône au sommet des fruits, loin devant la pomme, le raisin rouge et la fraise. Même si la hausse de bon cholestérol obtenue grâce à la canneberge se compare à l'effet produit par certains médicaments, il n'est pas question de troquer la pilule pour le jus. "Il faut plutôt encourager la consommation de jus de canneberges en prévention", observe l'étudiant-chercheur, qui précise au passage que le jus de canneberges ne fait pas bon ménage avec le Coumadin, un médicament utilisé pour prévenir les crises cardiaques. Les personnes qui consomment des médicaments en raison d'une maladie cardiovasculaire devraient consulter un professionnel de la santé avant d'entreprendre une cure de jus de canneberges.

L'étude de Guillaume Ruel a été menée à l'Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels et au Centre de recherche sur les maladies lipidiques, avec le concours des chercheurs Sonia Pomerleau, Patrick Couture, Simone Lemieux, Benoît Lamarche et Charles Couillard.