Au fil des événements
 

17 mars 2005

   

Université Laval

Québec: un progrès à poursuivre

L'Université Laval demeurera un partenaire majeur du développement de la région

par Yvon Larose

La région de Québec a beaucoup progressé en 25 ans. Mais pour poursuivre sur cette lancée, les principaux leaders socio-économiques régionaux, dont l'Université Laval, devront relever ensemble un certain nombre de défis politiques, économiques et sociaux. Il leur faudra notamment travailler à désenclaver Québec par l'amélioration de ses liens aériens et ferroviaires avec l'extérieur. Leur action devra aussi permettre d'attirer un nombre plus élevé d'immigrants afin de contrer la pénurie de main-d'oeuvre anticipée. Et ils devront peser de tout leur poids dans le dossier de l'accroissement du financement du réseau universitaire québécois afin qu'il demeure concurrentiel avec les universités du reste du pays. "Tous ces défis ne sont pas insurmontables, bien au contraire", a déclaré le recteur Michel Pigeon, le mardi 15 mars au Château Frontenac, lors d'un déjeuner-causerie de la Chambre de commerce de Québec. "Mais j'insiste, a-t-il poursuivi, nous devrons apprendre, mieux qu'auparavant, à parler d'une voix unie auprès des gouvernements, si nous voulons être entendus."

Dans son allocution, le recteur Pigeon, également président du Comité Québec-Capitale, a souligné le rôle clé joué par ses prédécesseurs Jean-Guy Paquet, Michel Gervais et François Tavenas dans les efforts de diversification de l'économie de la région Québec Chaudière-Appalaches. "Sous la direction de ces trois recteurs, a-t-il dit, l'Université Laval a développé sa recherche, a voulu en transférer les applications pour favoriser le développement d'entreprises de haute technologie ici. Elle s'est ouverte à la région, tant du point de vue du développement économique, que social et culturel. Elle s'est ouverte également à l'internationalisation de la formation de ses étudiants."


La seule présence de l'Université Laval représente un impact économique de plus d'un milliard et demi de dollars dans l'économie régionale

Une valeur ajoutée à la formation
Le recteur a insisté sur un autre virage majeur présentement en cours à l'Université Laval: le Profil entrepreneurial. Cet outil unique au Québec, destiné aux étudiants du premier cycle inscrits à un programme régulier, vise à offrir une formation complémentaire en entrepreneuriat. Le Profil entrepreneurial permettra aux diplômés d'être des agents de changement dans leur milieu, entre autres en leur donnant la possibilité de démarrer leur propre entreprise. Vingt programmes de baccalauréat intègrent déjà cette formation. À Montréal, il y a quelques semaines, l'Université Laval devenait la première université québécoise à recevoir le prix Paul-Arthur-Fortin, remis par la Fondation de l'entrepreneurship québécois. "Nous avons reçu ce prix parce que nous avons créé et implanté le Profil entrepreneurial, a expliqué Michel Pigeon. Une étude de l'Université Brock révélait qu'en 2003-2004, Laval se classait première au Canada pour la variété de la formation offerte en entrepreneuriat, pour l'intégration de cette formation dans les facultés et pour le nombre d'étudiants inscrits à un cours en entrepreneuriat. En favorisant ainsi l'apprentissage entrepreneurial, nous contribuons donc à améliorer encore plus l'employabilité de nos finissants. Nous voulons ainsi dépasser le seul concept de l'apprentissage du savoir pour offrir à nos diplômés cette valeur ajoutée qu'est le savoir-faire."

La seule présence de l'Université Laval représente un impact économique de plus d'un milliard et demi de dollars dans l'économie régionale. Année après année, l'Université contribue au progrès de la région en lui fournissant des professionnels formés dans toutes les disciplines, ouverts sur leur milieu et sur le monde. "C'est la preuve, s'il en faut une, qu'un investissement dans l'Université est, en bout de ligne, un investissement dans notre milieu", a affirmé le recteur Pigeon. Dans le dossier de l'immigration, ce dernier a souligné que l'Université accueille chaque année plus de 3 500 étudiants étrangers, dont un millier possèdent déjà un visa d'immigrant. "En unissant nos efforts, a-t-il dit, il sera possible de retenir à Québec un plus grand nombre de Néo-Québécois qui trouveront chez nous un milieu de vie et de travail ouvert et accueillant." Il a ajouté que Québec abrite la seule usine de vaccins au Canada ainsi que le plus important centre de recherches biomédicales au pays, le centre de recherche du CHUL. Et 15 de la vingtaine d'entreprises en optique-photonique de la région ont été fondées par des finissants ou d'ex-employés de l'Université Laval.