Au fil des événements
 

3 mars 2005

   

Université Laval

Feu vert à la modernisation du système de gestion des études

par Yvon Larose

Réunis en séance extraordinaire, le lundi 28 février, les membres du Conseil d'administration de l'Université ont approuvé la notion de partage des coûts, entre l'Université et les étudiants, dans le projet de modernisation du système informatique de gestion des études. Cette approbation découle d'une entente sur certaines modalités, survenue le 25 février, entre la Direction de l'Université et les principales associations étudiantes, la CADEUL et l'AELIÉS.

Des discussions se déroulaient depuis la séance ordinaire du 16 février du Conseil. L'accord, paraphé par la vice-rectrice aux études Christiane Piché et les présidents des deux associations, vient confirmer que certains éléments de la gestion des études, demandés par les étudiants, seront insérés dans le cadre de la modernisation. Est également prévue la mise sur pied d'un comité conjoint ad hoc (direction/étudiants) pour la recherche de nouvelles sources de financement. Si elles sont trouvées, ces sommes d'argent viendront réduire la facture des étudiants. On mettra aussi en place de nouveaux et meilleurs mécanismes de communication et de consultation entre les deux parties.

"Nos échanges se sont déroulés dans un climat de cordialité, de collaboration, de franchise et de respect mutuel, a indiqué Christiane Piché. Les associations étudiantes ont fait des propositions de qualité et elles en sont ressorties gagnantes." Dans leurs commentaires, les représentants étudiants ont exprimé leur grande satisfaction quant au travail accompli pour parvenir rapidement à cet accord.

Étalé sur dix ans, le projet de 26 millions de dollars visant à moderniser le système informatique de gestion des études consiste à être financé à 50 % par les étudiants sous forme de frais technologiques de 1,65 $ du crédit étudiant. La contribution étudiante envisagée atteindrait ainsi 1,3 M $ par an, soit 24,75 $ par session de 15 crédits. Si l'Université envisage un financement en partenariat avec ses étudiants, c'est qu'elle souffre d'un grave sous-financement. L'actuel système informatique de gestion des études a plus de 20 ans. Il effectue annuellement plus de 53 000 demandes d'admission, plus de 16 000 changements de programmes et de cycles, et plus de 300 000 inscriptions à des activités. Ce système vieillissant apparaît maintenant désuet et peu fiable.