Au fil des événements
 

3 mars 2005

   

Université Laval

Les étudiants veulent obtenir la gestion d'autres installations alimentaires

La soumission déposée touche des services de restauration donnés dans sept pavillons du campus

par Yvon Larose

Le 31 mai prochain, après dix ans d'opération par les mêmes concessionnaires, les contrats d'exploitation pour les services de restauration de l'Université viendront à échéance. L'appel d'offres public en cours jusqu'au 10 mars permettra de choisir, pour une période de cinq ans renouvelable, les exploitants des concessions présentement opérées par Laliberté et associés, et Sodexho Alliance. Une des propositions de service pour les concessions opérées par Sodexho Alliance dans sept pavillons du campus vient de L'Enthité, une nouvelle corporation dont l'unique membre est la Confédération des associations d'étudiants et d'étudiantes de l'Université Laval (CADEUL).

"Nous répondons aujourd'hui à l'appel d'offres pour offrir à la communauté universitaire un service alimentaire à son image et nous croyons que les étudiants ont l'expérience et l'expertise pour offrir un tel service", a déclaré Alexandre Charette, étudiant au baccalauréat en administration des affaires et porte-parole du Comité de reprise des installations alimentaires (CRIA), lors d'un salon d'information tenu à l'Agora du pavillon Alphonse-Desjardins, le 17 février dernier. "Le chiffre d'affaires des 14 cafés étudiants a beaucoup augmenté ces dernières années, a-t-il ajouté, preuve que les étudiants sont insatisfaits de la nourriture offerte par les concessionnaires. Les étudiants possèdent aussi deux installations alimentaires qui font la production d'aliments, dont le Pub universitaire."

Des plats rassasiants
Le sauté de porc aux pruneaux, le tofu poêlé aux champignons et les crêpes au poulet et épinards, voilà quelques-uns des plats rassasiants qui pourraient être servis dans un proche avenir dans les installations alimentaires reprises par les étudiants. L'offre de services de ces derniers vise les pavillons Jean-Charles-Bonenfant, Louis-Jacques-Casault, Charles-De Koninck, J.-A.-DeSève, PEPS, Palasis-Prince et Ferdinand-Vandry. Elle s'appuie sur trois grandes orientations, dont le développement du savoir-faire et de l'entrepreneurship étudiants. "L'Université veut des étudiants entrepreneurs? Voici l'opportunité!, a lancé Alexandre Charette. La reprise des installations alimentaires donnera aux étudiants une chance de mener un grand projet à terme. La gestion des cafétérias du campus ne sera pas un défi facile. Il leur faudra établir des partenariats avec le secteur privé et avec des intervenants sur le campus. Ils devront aussi faire de la recherche de financement."

La deuxième orientation vise à offrir des aliments plus diversifiés, plus sains et à prix raisonnable. Le devis de l'appel d'offres exige que tous les menus du jour soient conformes au Guide alimentaire canadien. La plus grande partie des aliments offerts par les étudiants aura donc un côté santé. "Notre objectif vise à faire des cafétérias des lieux pédagogiques orientés vers l'alimentation santé et le respect de l'environnement", a précisé Alexandre Charette. Cette offre reposera en partie sur les plats rassasiants développés par le professeur Angelo Tremblay et son équipe du Département de médecine sociale et préventive dans le cadre d'un projet de recherche. Le poulet aux épices est l'un de ces plats à haute valeur nutritive. Une portion contient 500 calories, 56 % de glucides, 32 % de protéines, 11 % de lipides et neuf grammes de fibres. La troisième orientation du projet consistera en l'utilisation minimale de matériaux jetables et en l'utilisation de matériaux réutilisables et biodégradables.

Le CRIA regroupe plusieurs dizaines d'étudiants représentant les facultés situées dans les pavillons visés par le projet. Le Comité dit avoir consacré plus de 2 500 heures au projet depuis un an. Il a reçu l'aide d'experts d'Entrepreneuriat Laval pour élaborer le projet d'entreprise et le plan d'affaires. Le CRIA dit aussi avoir négocié avec des acteurs de premier plan dans le dossier, comme la Direction de l'Université et les syndicats. Depuis quelques semaines, il est conseillé par des consultants externes spécialisés en services alimentaires.