Au fil des événements
 

3 février 2005

   

Université Laval

L'Université propose aux étudiants gaspésiens de contribuer à l'essor socio-économique de leur région


Plusieurs possibilités sont offertes aux cégépiens gaspésiens qui souhaitent acquérir à l'Université Laval une formation leur permettant un jour de travailler dans leur milieu d'origine. Ce mois-ci, par exemple, ils peuvent rencontrer des représentants du Bureau d'information et de promotion de l'Université Laval. Des séances d'information ont eu lieu à Amqui, le 31 janvier, à Matane, le 1er février, et à Gaspé, le 2 février. Une autre rencontre se déroule aujourd'hui, 3 février, à Carleton. Les cégépiens peuvent à cette occasion obtenir des renseignements sur les études à l'Université Laval et assister à des conférences sur les programmes d'études et les projets de la Chaire multifacultaire de recherche et d'intervention sur la Gaspésie et les Îles-de-la-Madelein.e

Désireuse de contribuer à l'essor socio-économique de la Gaspésie, l'Université Laval a créé en 2002 la Chaire multifacultaire de recherche et d'intervention sur la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine. Depuis ce temps et d'ici 2006, ce sont plus de 1,8 million de dollars qui auront été investis par la Chaire, dont 750 000 $ en fonds de capitalisation. Douze professeurs et 60 étudiants de l'Université travaillent déjà, en collaboration avec les communautés locales gaspésiennes, à la revitalisation économique, à la protection des écosystèmes naturels et à la mise en valeur des ressources, de la culture, du patrimoine et des paysages. Les chercheurs se penchent sur des domaines tels que l'agriculture, l'agroforesterie, l'architecture, l'aménagement du territoire, les biotechnologies, l'entrepreneuriat et la coopération, le développement régional et local, les arts et la culture.

Actuellement, les chercheurs de la Chaire travaillent notamment au développement d'une culture entrepreneuriale. Dans ce cadre, un sondage sera réalisé en janvier auprès de nombreuses entreprises de Gaspésie afin d'analyser leurs besoins en main-d'uvre spécialisée et, par la suite, de mettre de l'avant des solutions. Ils participent au comité de relance de Murdochville et amorcent actuellement un projet sur la multifonctionnalité en agriculture dans la MRC Rocher-Percé.

La Chaire compte plusieurs réalisations à son actif, dont la mise en place d'un Agenda 21 (plan de développement local) en Estran, lequel a conduit à la désignation du premier paysage humanisé (parc naturel régional) par le gouvernement du Québec. La Chaire a aussi procédé à une étude de caractérisation et de mise en valeur des potentiels agroforestiers de la MRC de la Haute-Gaspésie, et mis au point un concept d'habitation pour les baby-boomers dans la baie des Chaleurs. De plus, elle a contribué au financement de l'École internationale d'été de Percé créée, il y a plus de trois ans, par la Faculté d'aménagement, d'architecture et des arts visuels.

Les fonds investis dans la Chaire multifacultaire de recherche et d'intervention sur la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine proviennent du gouvernement du Québec, de la Conférence régionale des élus de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, de la Fondation communautaire Gaspésie-les-Îles et de Développement économique Canada, de l'entreprise privée et d'une mise de fonds substantielle de l'Université Laval.