Au fil des événements
 

27 janvier 2005

   

Université Laval

Indémodable Vigneault

Avec une chanson, Gilles Vigneault a donné un coup de chapeau au style country. Et d'autres artistes, d'autres genres, ont su lui rendre hommage.

par Renée Larochelle

Tout au long de sa fructueuse carrière, Gilles Vigneault aura chanté sur tous les tons. Tantôt nostalgique d'un pays à refaire, tantôt confiant en l'avenir, toujours amoureux de son pays, il a proposé des chansons dont certaines ont été presque élevées au rang d'hymne national. Ce qu'on sait moins, c'est que le poète s'est aussi frotté à des genres dits populaires comme le country, jadis célébré au Québec par les Willie Lamothe et Marcel Martel. En effet, une chanson du répertoire de Vigneault témoigne de son intérêt pour l'univers du western. Il s'agit de Charlie-Jos, qui figure dans l'album intitulé "C'est ainsi que j'arrive à toi", paru en 1996.

"C'est peut-être une chanson moins connue du public mais il n'en demeure pas moins qu'elle est unique en son genre dans l'oeuvre de Vigneault", a souligné Gabriel Bouchard, étudiant à la Faculté des sciences de l'éducation, lors du colloque ayant pour thème "Je vous entends rêver: Gilles Vigneault, figure marquante de la chanson d'aujourd'hui", organisé par la Faculté de musique, le 22 janvier. En effet, tous les éléments reliés à l'univers du western figurent dans cette chanson: le cheval, le lasso, le jeu, l'alcool, le rodéo, la nécessité pour l'homme de s'exiler pour aller gagner sa vie, sans compter la forme de la chanson, toute simple, qui reprend fidèlement les trois accords de guitare typiques au genre.

"Dans le cas présent, Charlie-Jos quitte Natashquan pour se rendre à Montréal, qui apparaît comme un Eldorado, dit Gabriel Bouchard. Avec cette chanson, c'est comme si Gilles Vigneault avait voulu donner un coup de chapeau au country, le faisant accéder à une sorte de légitimité, comme Richard Desjardins l'a fait, par exemple. Ces deux-là réhabilitent un genre dédaigné par une certaine partie de la population." Retour du pendule: la chanteuse country Julie Daraîche a même enregistré J'ai pour toi un lac, a-t-on appris lors de ce colloque.

Trouver les pas
Dès la sortie de ses premiers disques, au début des années 1960, Gilles Vigneault a vu ses chansons interprétées et enregistrées par une multitude d'artistes de renom dont Pauline Julien, Monique Leyrac et Renée Claude. Dans les années 1960, le groupe yé-yé Les Bel Canto y est même allé d'un Jack Monoloy bien senti. En 1976, Patsy Gallant a fait un tabac avec une version disco de Mon pays. Dans son dernier album, l'artiste de l'heure qu'est Rufus Wainwright entonne Quand nous mourrons de nos amours et Gaya Bécaud, le fils de Gilbert, a enregistré récemment une version reggae de Tout le monde est malheureux. "Il est rare qu'un artiste fasse autant l'unanimité comme Gilles Vigneault, a rappelé le musicologue Richard Baillargeon. C'est en quelque sorte un indémodable. Dans l'une de ses chansons, Vigneault affirme d'ailleurs que si quelqu'un voulait danser sur sa musique, on finirait par trouver les pas. C'est chose faite!"