Au fil des événements
 

20 janvier 2005

   

Université Laval

Développer à long terme


par Thierry Bissonnette

Fruit d'une large collaboration interfacultaire et interuniversitaire, le livre Les enjeux et les défis du développement durable est l'occasion d'une nouvelle synthèse à propos de ce sujet déjà fort abordé. Sous la direction de Louis Guay, Laval Doucet, Luc Bouthillier et Guy Debailleul, cet ouvrage collectif paraît dans la collection "Sociologie contemporaine" aux Presses de l'Université Laval. On y retrouve notamment les contributions de chercheurs en géographie, en sociologie, en science politique, en administration et même en philosophie, lesquels proviennent autant de l'Université Laval que de l'UQAM et de l'Université de Montréal.

Sous-titré Connaître, décider, agir, le livre tire son origine d'un projet de la Chaire UNESCO-Université Laval. En 2002, dix ans après le Sommet de la Terre de Rio, ces chercheurs ont senti le besoin de faire le point afin de mieux redoubler d'ardeur devant des problèmes persistants. Il fut d'abord décidé de diviser la matière en trois grandes sections: les champs d'activité, les acteurs et institutions, les aspects normatifs. À ces dernières devait se greffer une première partie théorique et méthodologique, ceci afin de donner une cohérence accrue à ce travail d'équipe.

Regroupant des enjeux liés au développement, à la justice sociale et à la protection de l'environnement, la question du développement durable remonte à la fin du 19e siècle, période où les sociétés industrielles commencent à se préoccuper des effets profondément négatifs de leur expansion. Déjà, certains précurseurs (tel le géographe américain George Perkins Marsh) prévoient un déclin lié au progrès, sinon l'aube d'une catastrophe écologique. "Toutefois, rappelle Louis Guay dans l'introduction, la dégradation de l'environnement a [toujours] accompagné l'essor de l'espèce humaine sur Terre et la montée des civilisations." C'est dans ce contexte élargi qu'il convient de replacer des sommets tels ceux de Stockholm, en 1972, et de Rio, en 2002. Ainsi le développement durable doit-il être conçu comme un équilibre entre une nécessaire destruction et une préservation intelligente des systèmes naturels et humains que l'on bouleverse.

En posant à leur tour l'intégrité, l'efficacité et l'équité comme les trois principes fondamentaux d'un développement à très long terme, les chercheurs tentent donc de penser cet équilibre dans toute sa complexité. "Peut-être est-il présomptueux de croire que le développement durable veut réunir ce qui a été jusqu'à tout récemment désuni. Mais c'est une lecture que nous autorisent les réflexions les plus ambitieuses", poursuit Louis Guay. Entre la valorisation du présent et celle du futur, une éthique plus rigoureuse pourrait être pensée, que ce soit sous le chapeau de l'" co-justice", de l'éco-efficacité ou de la socio-économie. "Le développement durable, idée sociopolitique, programme socio-environnemental, ensemble de pratiques diversifiées, idée scientifique, concept intégrateur, voire utopie nouvelle, voilà ce qui est exploré dans cet ouvrage."