Au fil des événements
 

13 janvier 2005

   

Université Laval

Pas de prospérité sans savoir


L'AUCC souligne l'importance stratégique d'investir dans le réseau des universités

par Yvon Larose

Les diplômés universitaires représentent 16 % de la population canadienne de plus de 18 ans, mais ils versent presque 33 % de l'ensemble des impôts prélevés sur les revenus. Entre 1990 et 2003, 1,4 million d'emplois ont été créés au Canada pour ces diplômés. Depuis 1990, les universités et leurs établissements affiliés ont démarré 611 nouvelles entreprises. En 2003, le réseau universitaire canadien a accueilli plus de 50 000 étudiants étrangers.

Ces données sont tirées d'un document publié en décembre dernier par l'Association des universités et collèges du Canada (AUCC) sous le titre: "Pourquoi les universités sont importantes". Ce texte, ainsi qu'une brochure intitulée "Nous sommes", font partie de la stratégie de diffusion de la recherche approuvée récemment par le Conseil d'administration de l'AUCC. Pendant deux ans, l'Association aura comme objectif de faire prendre conscience aux personnes influentes et aux décideurs de la société canadienne des bienfaits de la recherche universitaire et de la valeur des investissements effectués dans le réseau des universités.

Une contribution significative
Le document contient les principaux messages de la stratégie de l'AUCC. À l'aide d'une série de faits probants, les auteurs démontrent comment les universités contribuent au bien-être économique et à la qualité de vie, comment elles aident à former les citoyens instruits dont le pays a besoin, comment elles permettent la transmission du savoir et la création d'idées qui mènent à de nouveaux procédés, produits et services, et comment elles consolident l'influence du Canada à l'étranger et ouvrent une fenêtre sur le monde.

On peut y lire notamment que les universités contribuent davantage au produit intérieur brut que l'industrie forestière, ou que l'industrie automobile. Au cours de leur vie, les diplômés universitaires gagneront en moyenne un million de dollars de plus que ceux qui n'ont pas fait d'études postsecondaires. En 2003-2004, l'effort universitaire en recherche et développement a représenté plus de 7,8 milliards de dollars, soit environ 35 % de toute la R & D au Canada. En 2001, les 611 entreprises dérivées de la recherche universitaire employaient plus de 19 000 personnes. La même année, la recherche a revendiqué 1 105 inventions, 381 nouveaux brevets et 354 nouvelles licences.