Au fil des événements
 

28 octobre 2004

   

Université Laval

Pour une télé citoyenne


L'avenir de Télé-Québec vu par les profs du Département d'information et de communication

par Yvon Larose

Une télévision de rencontre, une télévision du savoir, une télévision des régions, une télévision interactive et une télévision de mandat: voilà comment les professeurs du Département d'information et de communication de l'Université Laval voient l'avenir de Télé-Québec. Demain, vendredi 29 octobre à Québec, le directeur du Département, Jacques Lemieux, peésentera un mémoire à ce sujet devant le groupe de travail chargé de l'examen de la gestion et de l'organisation de cette chaîne de télévision publique. "Comme universitaires, nous croyons cette institution nécessaire", peut-on lire dans la conclusion du mémoire. "Pour vivre, Télé-Québec doit absolument se décentraliser, devenir le miroir du Québec par une forte régionalisation de sa production et se voir comme un instrument de communication du savoir et de connaissance du Québec moderne."

Les signataires du mémoire prônent l'établissement de partenariats entre Télé-Québec et les universités. Laval constitue un bon exemple en ce domaine. À la suite de la signature d'une entente entre Télé-Québec et le Département d'information et de communication, une série de 13 cours télévisuels de 60 minutes sur l'information internationale est présentement en production. Les partenariats pourraient prendre la forme d'un magazine hebdomadaire articulé autour des campus universitaires, ou bien d'une émission de format magazine coproduit avec les différents départements de communication et d'information. Pour être une véritable télévision des régions, Télé-Québec pourrait produire et diffuser, en collaboration avec le réseau universitaire, un magazine panquébécois d'information sur la recherche universitaire.

Selon les professeurs du Département d'information et de communication, Télé-Québec doit, entre autres, analyser les faits de société, faire connaître le Québec aux Québécois, donner la parole aux citoyens et développer le sens critique du téléspectateur. Elle doit en outre présenter des documentaires qui font avancer les connaissances. Télé-Québec doit également miser sur les entrevues de fond avec des intellectuels dans le cadre d'émissions de réflexion et d'analyse. Des initiatives comme La dictée des Amériques doivent avoir leur place dans une programmation améliorée. Télé-Québec doit aussi avoir le parti pris des Amériques, un créneau qui pourrait signifier la signature de nombreuses ententes de partenariat avec les télévisions d'Europe. Enfin, en prévision des Fêtes du 400e anniversaire de la fondation de Québec, Télé-Québec doit se positionner sans attendre comme producteur et diffuseur des grands événements.