Au fil des événements
 

12 février 2004

   

Université Laval

Une commémoration douloureuse

Beaucoup d'activités tenues dans le cadre du Mois de l'histoire des Noirs mettent l'accent sur le drame haïtien

En février, de nombreux organismes, partout au Québec et au Canada, soulignent le Mois de l'histoire des Noirs. Pour la cinquième édition de cet événement, l'Association des étudiants haïtiens et antillais de l'Université Laval (AÉHAUL) a choisi de commémorer ­ "et non de célébrer", précisent ses représentants - le bicentenaire de l'indépendance d'Haïti. Conscients du prix à payer pour avoir obtenu cette liberté tant espérée, les organisateurs ont invité des professeurs de l'Université Laval et des chercheurs à revenir sur le cas haïtien lors d'une journée d'études qui a eu lieu le 5 février. Des kiosques d'exposition, installés dans l'Agora du pavillon Alphonse-Desjardins le vendredi 13 février, de 9 h 30 à 15 h 30, permettront également d'en apprendre davantage sur la révolution haïtienne et son influence sur le monde noir. Les visiteurs auront par ailleurs l'occasion d'en apprendre davantage sur l'histoire de la langue créole parlée par les habitants des Antilles, et de découvrir sa syntaxe. Le lendemain, samedi 14 février, plusieurs équipes de basket se rencontrent au gymnase du PEPS pour un tournoi amical de 13 h 30 à 17 h 30.

Cette série d'activités se terminera en beauté le samedi 28 février avec une soirée culturelle débutant à 19 h dans le sous-sol de l'église Saint-Jean-Baptiste sur la rue Saint-Jean. Des danses folkloriques et contemporaines, une pièce de théâtre, des chants ainsi qu'un défilé de mode se succèderont sur scène pour présenter la réalité artistique antillaise et africaine d'hier et d'aujourd'hui, tandis qu'un buffet gastronomique devrait combler les gourmands.

Activités au Cégep Garneau
De son côté, le Cégep François-Xavier-Garneau organise une série d'activités tout au long du mois de février sur le thème "Présences africaines dans le monde". Des projections de films ont lieu, des contes, des spectacles, une exposition, ainsi que plusieurs ateliers et conférences animés par des chercheurs et des professeurs de l'Université Laval. Ainsi le 23 février à 14 h, Bogumil Koss, professeur au Département d'histoire et le chercheur Léonard N'Sanda, de la Chaire d'histoire comparée de la mémoire, participent à un atelier sur les musiques africaines dans le monde qui permettra de mieux comprendre la façon dont les rythmes voyagent entre la République du Congo, la Colombie, les Caraïbes. Le 24 février, Muriel Perez Gomez, professeure au Département d'histoire, présente une conférence sur l'Islam et les cultures en Afrique, tandis que le 26 février Ana Lucia Araujo, professeure au même département, se penche sur le cas des Afro-Brésiliens vus par les artistes et les voyageurs européens. Le même jour, Richard Marcoux, professeur au Département de sociologie, s'intéresse aux enjeux démographiques et aux perspectives de la francophonie. Le 27 février, enfin, plusieurs professeurs de l'Université Laval participent au colloque "Connaissances et usages du passé: Haïti-Québec" toute la journée, dont Maximilien Laroche, professeur à la Faculté des lettres, qui traitera de "l'oubli, la mémoire et le rêve". Jocelyn Létourneau, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire et économie politique du Québec contemporain, Laurier Turgeon, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine et Fernando Lambert, professeure honoraire de l'Université Laval, agiront comme commentateurs.

La programmation détaillée de l'événement est disponible à l'adresse suivante: www.cegep-fxg.qc.ca.