Au fil des événements
 

16 octobre 2003

   

Université Laval

Le MBA en gestion agroalimentaire sera offert en Chine


À compter de février prochain, une quarantaine d'étudiants chinois devraient débuter dans leur pays les cours du programme de maîtrise en administration des affaires (MBA), concentration Gestion agroalimentaire, de l'Université Laval. Un pas décisif vient d'être franchi en ce sens avec la signature, le mercredi 8 octobre dans la Cité universitaire, d'un protocole d'entente liant l'Université à l'Académie chinoise des sciences de l'agriculture de Beijing. Christiane Piché, vice-rectrice aux études, Bernard Garnier, doyen de la Faculté des sciences de l'administration et Jean-Paul Laforest, doyen de la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation (FSAA), ainsi que Han Huipeng, vice-président de l'École des gradués de l'Académie chinoise des sciences de l'agriculture de Beijing, ont signé le document. "L'an dernier, des professeurs de notre Faculté ont enseigné à l'Académie dans le cadre d'un consortium universitaire international, explique le professeur John Zee, de la direction de la FSAA. Récemment, l'École des gradués nous a approchés pour que leurs étudiants du programme "Master of Agribusiness" puissent compléter leurs études par l'obtention du MBA offert à Laval."

Des enseignants et des tuteurs-traducteurs
Valide pour trois ans consécutifs, le protocole couvrira la période 2004-2007. Pour transférer de programme, les étudiants chinois devront avoir complété dix cours dont sept, correspondant à 21 crédits, auront été reconnus comme équivalents par l'Université Laval. Pour obtenir leur diplôme de Laval, ils devront réussir sept cours correspondant à 24 crédits. Chaque cours durera neuf semaines, sauf le dernier qui s'étendra sur dix semaines. Dans le premier cas, le professeur de Laval ira enseigner en anglais pendant deux semaines à Beijing. Un tuteur-traducteur de l'École des gradués assistera l'enseignant dans la salle de cours et auprès des étudiants. Au cours des sept semaines suivantes, le professeur revenu à Laval consacrera une journée complète par semaine au tuteur du cours via Internet. Ce dernier sera l'intermédiaire entre le professeur et les étudiants. "Nous avons formé les tuteurs chinois ici, indique John Zee. Ils ont monté des acétates en langue chinoise. Nos professeurs donneront à Beijing les éléments essentiels du cours. Ensuite, les tuteurs encadreront les étudiants. Ce sont eux et non les étudiants qui communiqueront avec nos professeurs."

Le septième et dernier cours, qui se donnera à compter de mai 2005, s'intitulera "Projet d'intervention stratégique". Le premier volet consistera en quatre semaines de cours à l'Université Laval. De retour en Chine, les étudiants feront un stage en entreprise de six semaines sous la supervision du tuteur. Ici encore, le professeur et le tuteur communiqueront au moyen d'Internet.

YVON LAROSE