Au fil des événements  
 
 30 janvier 2003

 Université Laval

Marché du travail

Polyvalence et créativité


Les diplômés de génie géomatique et de géomatique foncière sont assurés d'un emploi


"La géomatique est un domaine passionnant qui offre ces années-ci d'excellentes possibilités d'emploi", affirme Annick Jaton, directrice des programmes de premier cycle au Département des sciences géomatiques. L'an dernier, le nombre de nos finissants et finissantes s'élevait à vingt-six. Tous ceux de génie géomatique se sont placés et nous avons manqué de finissants en arpentage pour répondre à la demande. D'ailleurs, l'Ordre des arpenteurs-géomètres du Québec nous signale qu'il faudra davantage de finissants chaque année afin de combler les besoins dans cette profession." Qu'il s'agisse de la géomatique foncière ou du génie géomatique, les emplois offerts sont toujours à plein temps et le temps d'attente, avant d'être embauché, n'est que de quelques mois. Les salaires, eux, sont avantageux. Le guide Les carrières d'avenir 2002 évaluait à 35 000 $ le salaire moyen d'un finissant en sciences géomatiques en 2001.

Du travail concret
Le bac en sciences géomatiques dure quatre ans. Le profil "génie géomatique" s'adresse à ceux et celles qui ont une préférence pour les sciences appliquées et l'informatique. La formation offerte est axée sur la cartographie, la photogrammétrie, les systèmes d'information géographique, la télédétection par satellite ou par avion, et la géodésie. Spécialisé dans la collecte, la gestion et la mise à jour des données à référence spatiale de qualité, le géomaticien a comme tâche de représenter le territoire et de localiser ce qu'on y retrouve. Le profil "géomatique foncière" s'adresse à ceux et celles qui aiment le droit foncier et les contacts avec le public. Dans le cadre de travaux de levés reliés à l'établissement du droit de propriété, l'arpenteur-géomètre effectue des opérations scientifiques, administratives, légales et techniques. Il gère les connaissances rattachées à la réalisation de travaux de délimitation, d'aménagement et de bornage, et à d'autres opérations comme l'immatriculation cadastrale et le certificat de localisation. "Souvent, les étudiants nous disent qu'ils ont choisi la géomatique parce qu'il s'agit d'un travail concret où l'on applique des notions de physique et de mathématiques, indique Annick Jaton. Les cartes et le système de positionnement global par satellites (GPS) les attire beaucoup également."

Fascinant GPS
Cynthia Ricard a obtenu son bac en génie géomatique en 2001. Elle travaille à Québec comme adjointe à la planification de projets à la Direction de la référence géodésique du ministère des Ressources naturelles du Québec (MRN). Sa formation universitaire, elle la trouve bien adaptée à la réalité du marché du travail. Durant ses études, elle a travaillé pendant trois étés pour son employeur actuel. Sa tâche: inspecter des repères altimétriques. "Je touche beaucoup au monde fascinant du GPS dans le cadre de mon travail, ajoute-t-elle. On peut dire que mon emploi comporte un peu de tout. J'ai participé à la refonte d'un site Internet du Ministère ainsi qu'à un projet d'observations GPS au Nunavik. De plus, je prépare des estimations pour des contrats et des devis. Je dois aussi faire le suivi des contrats."

François Harvey a obtenu son bac en géomatique foncière en 2001. Chargé de mandat chez Le Groupe BGJLR, un consortium d'arpenteurs-géomètres de Québec spécialisé en rénovation cadastrale, sa tâche principale consiste à superviser et planifier le travail relatif à des mandats confiés à son employeur par le MRN dans le cadre de la réforme du cadastre québécois. Selon lui, ses études universitaires l'ont bien préparé à la réalité technique de sa profession. Il ajoute cependant que la réussite, dans le secteur privé, passe par la créativité et le goût des défis. "Je suis souvent appelé à m'impliquer dans différents projets qui ne font pas toujours partie de mes tâches habituelles, explique-t-il. Nous devons être très polyvalents et souvent faire preuve d'ingéniosité. C'est d'ailleurs ce que j'adore dans ce métier." Pour plus d'information: Annick Jaton au 656-5654, ou http://geomatique.scg.ulaval.ca.

YVON LAROSE