Au fil des événements  
 
 30 janvier 2003

 Université Laval

LES ARTS

Aimez-vous Brahms?

Le pianiste Arturo Nieto-Dorantes et le violoncelliste Sébastien Lépine donnent un concert consacré à Brahms le jeudi 30 janvier à 20 h, à la salle Henri-Gagnon du pavillon Louis-Jacques-Casault. L'entrée est libre. Les deux musiciens interpréteront la Sonate pour piano et violoncelle no 1 en mi mineur op. 38, la Sonate pour piano et violon no 1 en ré majeur op. 78 ( sonate transcrite par la suite pour violoncelle par le compositeur) et termineront avec la Sonate pour piano et violoncelle no 2 en fa majeur op. 99. Natif de Mexico, Arturo Nieto-Dorantes s'est produit en récital dans les plus importantes villes de son pays, de France, de Suisse, d'Allemagne et des États-Unis. Il a enregistré récemment trois disques et travaille cette année à la production de deux autres. Il est professeur de piano à la Faculté de musique de l'Université Laval. Diplômé en 1998 de l'Université d'Indiana, Sébastien Lépine a étudié auprès du grand violoncelliste hongrois Janos Starker. Chambriste chevronné, il est membre du Quatuor à cordes Abysse, du Duo Lépine et de l'Ensemble Strauss-Lanner. Il est chef d'orchestre de l'Orchestre Symphonique de l'Académie les Estacades de Cap-de-la-Madeleine, où il enseigne.

Musique sacrée

Les professeurs et les étudiants de la Faculté de musique et leurs invités proposent une demi-heure de musique sacrée instrumentale ou vocale le samedi 1er février à 15 h, à l'église Saint-Thomas-d'Aquin, 2125, rue Louis-Jolliet, à Sainte-Foy. Ces préludes à l'office de 16 h sont offerts en collaboration avec la Société culturelle de Saint-Thomas-d'Aquin. Au programme: Ensemble Palestrina, ensemble vocal de 5 chanteurs, motets de Giovanni Pierluigi da Palestrina (1525-1594), Hans Leo Hassler (1564-1612), William Byrd (1543-1623); un magnificat de Orlando di Lassus (1532-1594) et des chorals de Johann Sebastian Bach. Coordination: André Papillon. L'entrée est libre.

Musique contemporaine

Les amateurs de musique contemporaine sont invités à assister à un "nouveau spectacle à risques" avec l'ensemble Erreur de type 27, présenté le samedi 1er février à 20 h, à la salle Henri-Gagnon. L'entrée est libre, mais une contribution volontaire serait appréciée. Des oeuvres des compositeurs Patrick St-Denis, George Leahy, Sean Varah, Michel Decoust, Gilles Tremblay et Katia Makdissi-Warren seront interprétées par des ensembles regroupant jusqu'à sept musiciens. Les interprètes seront: Katia Durette, Marie-Ève Coutu, Kaïs Demers, Christine Martineau, Yana Ouellet, Sigifredo Cavallini, Marc Roussel, Inti Manzi, Christian Dubois, Marie-Claude Tardif, Geneviève Savoie et Anne-Julie Caron. Erreur de type 27 est un ensemble de musique contemporaine composé d'un nombre variable de musiciens, selon la nomenclature des oeuvres chosies. Les musiciens proviennent du Conservatoire de musique de Québec et de la Faculté de musique de l'Université Laval. L'ensemble existe depuis 1997, à l'initiative de trois jeunes compositeurs gradués du Conservatoire: Alexis LeMay, Yannick Plamondon et Patrick St-Gilles. Cette soirée est présentée grâce au support du Conseil des arts du Canada, du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conservatoire de musique de Québec et de la Faculté de musique.

Étudiants en concert

Les étudiants de la Faculté de musique de l'Université Laval présenteront un concert le dimanche 2 février à 14 h, à la salle Henri-Gagnon. L'entrée est libre. Ce concert animé par Paul Cadrin, musicologue et professeur à la Faculté de musique, fera entendre, entre autres, des oeuvres pour piano de Mozart et Chopin, interprétées par Mireille Pelletier.

Récital de flûte

Vous êtes tous invités à assister au récital de flûte que présentera André Papillon, le mardi 4 février à 20 h, à la salle Henri-Gagnon du pavillon Louis-Jacques-Casault. L'entrée est libre. André Papillon sera entouré d'amis musiciens, collègues et élèves: Frédéric Brunelle et Marie-Ève Pitre, flûtistes et Richard Paré, organiste, en compagnie desquels il interprétera cinq arias extraits de cantates sacrées et profanes de Johann Sebatian Bach. Au programme également, une oeuvre de Max Reger, Sérénade op. 141a pour flûte, violon et alto (arr. André Papillon) et, de François Devienne, le Concerto no 5 pour flûte et orchestre (arr. André Papillon), qu'il jouera en compagnie de Maurice Laforest, pianiste. Le flûtiste André Papillon participe activement à la vie musicale québécoise en tant que pédagogue, musicien d'orchestre, chambriste, choriste, chef de choeur et soliste à la flûte Boehm et au traverso. Il enseigne à la Faculté de musique de l'Université Laval depuis 1984, et au Symposium international de flûte du Domaine Forget depuis 1993. Au cours de la saison 1998-1999, il a été le soliste invité des Violons du Roy lors de leur tournée américaine. Il prépare maintenant un disque réunissant les plus beaux obbligatos extraits des cantates de J.S. Bach dans une transcription pour flûte et orgue, ainsi qu'une édition pour flûte et piano de concertos inédits de François Devienne.


Socioculturel

Rock around the Bunker

Le Théâtre de la Filature présente Adi, ou les quinze dernières minutes d'Hitler d'Élodie Cuenot et Luc Michaud. Les représentations ont lieu à 20 h, ce soir et demain, 30 et 31 janvier, ainsi que le samedi, 1er février, au Théâtre de poche du pavillon Maurice-Pollack. Cette production originale s'interroge sur les influences qui ont contribué à faire d'Adolf Hitler un monstre, de sa vie privée jusqu'à ses névroses. En se basant sur des faits réels, les auteurs, qui en sont à leur première collaboration, ont voulu mettre sur scène la face cachée du dictateur qui a le plus marqué le 20e siècle. Un souffle grotesque vient dynamiser cette fresque, soulignant les contradictions entre le despote et son discours. La mise en scène permet de s'imprégner du riche univers cinématographique de l'époque. Un retour en arrière d'autant plus percutant qu'il coïncide avec l'inacceptable montée du fascisme et de l'intolérance en Europe. L'action se déroule dans le bunker, quinze minutes avant le suicide d'Hitler et de sa femme Eva Braun. Les souvenirs ainsi que l'imaginaire tordu de ces deux individus défilent tour à tour jusqu'au suicide final. La distribution réunit Luc Michaud, Catherine Bouchard et Jean-François Cauchon. Élodie Cuenot, l'une des auteurs de la pièce, signe également la mise en scène et la direction d'acteurs. Présentée en mai dernier sous forme de laboratoire, cette pièce a connu un vif succès, faisant salle comble durant deux représentations. Les billets sont en prévente au coût de 8 $ (10 $ à l'entrée) et disponibles au Bureau des activités socioculturelles, local 2344, pavillon Alphonse-Desjardins.

Les Cinq Sens: l'expérience totale

Du 6 au 8 février à 20 h et le 9 février à 14 h, à l'Amphithéâtre Hydro-Québec du pavillon Alphonse-Desjardins, la troupe Les Cinq Sens présente Je survivrai, une oeuvre écrite et mise en scène par Louis Brouillette. Je survivrai est une pièce expérimentale qui réunit théâtre, musique, arts visuels et langues. En cinq tableaux, chacun des personnages représente une thématique contemporaine liée à la mort: l'anorexie ou la boulimie, l'euthanasie, la déficience mentale et le suicide. Au fil de ces tableaux, le public tentera de comprendre le lien qui unit ces personnages provenant de divers pays occidentaux. Pour sa quatrième production théâtrale, Louis Brouillette adopte une approche multidisciplinaire et la troupe s'est donné comme mission de favoriser les interactions entre les divers médiums artistiques et le théâtre. Ainsi, d'une part, la scénographe Amélie Beaupré a prévu disséminer des sculptures dans la salle et, d'autre part, les acteurs bougent, chantent et dansent. Les personnages parlent français, anglais, espagnol, allemand et portugais lors de certains monologues, ce qui tend à démontrer l'universalité de leurs propos. Une disposition circulaire de la scène crée une certaine intimité avec le public et permet aux acteurs d'être en constante interaction. La collaboration des spectateurs est d'ailleurs un élément essentiel au bon déroulement du spectacle. En effet, à la fin du cinquième tableau, le public aura à voter pour connaître le destin du personnage qui l'aura le plus touché. Les billets sont en prévente au coût de 8 $ au Bureau des activités socioculturelles, local 2344, pavillon Alphonse-Desjardins (10 $ à l'entrée).