22 août 2002

MESSAGE DE MICHEL PIGEON AUX MEMBRES DE LA COMMUNAUTÉ UNIVERSITAIRE


Chères et chers membres de la communauté universitaire, l'élection du prochain recteur aura lieu dans quelques semaines. C'est un événement important, non seulement parce que le recteur est responsable de la bonne gestion de l'Université, mais aussi et surtout parce qu'il est celui qui indique les grandes orientations à prendre et qui voit à la mise en oeuvre des moyens nécessaires pour atteindre les objectifs fixés et assurer ainsi le développement de notre institution. J'ai été très fortement sollicité pour poser ma candidature à ce poste. Après avoir bien réfléchi à la question, j'ai décidé d'accepter. Je crois en effet que, grâce à mon expérience de l'enseignement, de la recherche et de la gestion, je suis en mesure d'aider l'université à affronter les défis qui l'attendent au cours des prochaines années.

L'Université Laval est une grande institution, une université complète, riche de l'excellence de ses membres et de la diversité de ses composantes. Pour exploiter au mieux cette richesse, nous avons besoin de rassembler nos forces, de travailler ensemble et de faire en sorte qu'il y ait beaucoup plus d'échanges entre les grands secteurs d'activité que sont les arts et les lettres, les sciences humaines, les sciences de la santé, les sciences naturelles et le génie. Et nous réussirons dans la mesure où toutes et tous en seront convaincus, ce qui va nécessiter certains changements dans nos façons de faire. Je souhaite que chacun et chacune d'entre nous sente que son travail est important, que la direction est attentive à ses besoins, qu'il ou elle a les moyens d'exercer sa créativité, qu'il ou elle est écouté et entendu.

Une grande université est une institution ouverte, ouverte à la région qui l'entoure et qui a des besoins spécifiques, ouverte au monde (et à ce sujet, je suis convaincu que l'orientation prise en ce qui a trait à l'internationalisation de la formation est une excellente chose), ouverte au développement technologique, ouverte aussi aux débats sur les grands enjeux du XXIe siècle (problèmes d'éthique liés à la modification du vivant, environnement, mondialisation, partage des ressources, et ainsi de suite), ouverte en résumé à tous ceux et celles qui peuvent apporter une contribution à la construction et à l'avenir de notre société. Comme recteur, cette ouverture, cette présence dans le milieu, sera une de mes priorités.

La formation est la mission première de l'université, qu'il s'agisse du premier cycle, de la formation par la recherche ou de la formation continue, si nécessaire de nos jours. Nous devons donc toujours rechercher les moyens d'améliorer nos méthodes et nos façons de faire. Il faut par exemple continuer à favoriser le bon développement de l'utilisation des technologies de l'information et des communications, afin que celles-ci aient le plus grand impact du point de vue pédagogique. Il faut aussi que la recherche imprègne toutes les activités de formation, y compris au premier cycle. Le développement des connaissances, la réflexion critique et l'ouverture aux grands débats ne sont-ils pas ce qui caractérise le monde universitaire? L'Université Laval est une grande institution de recherche, parmi les meilleures au Canada. Nous devons utiliser cette force.

Parmi les défis qui attendent la nouvelle équipe de direction, il y a la question financière. En effet, le développement de notre institution et le renouvellement de son personnel ne seront possibles que si elle dispose des moyens financiers requis et d'une marge de manoeuvre adéquate. Pour cela, l'université doit d'abord être gérée correctement, afin que les ressources mises à notre disposition soient utilisées au mieux. Elle doit aussi s'assurer d'une bonne visibilité afin que les effectifs étudiants puissent être maintenus, et même augmentés, en particulier aux cycles supérieurs. Enfin, la nouvelle équipe devra porter une grande attention à la campagne de financement qui s'amorce, car il s'agit d'un des meilleurs moyens pour atteindre nos objectifs de développement et injecter des ressources dans certains secteurs en difficulté.

Au cours des semaines qui viennent, j'aurai l'occasion de vous faire part de façon plus détaillée des actions et des gestes que le prochain recteur devra poser, ainsi que, plus globalement, de ma vision de l'université et du rôle que toute l'équipe de direction doit jouer. J'aurai aussi, je l'espère, l'occasion de vous rencontrer et de vous écouter, afin de mieux connaître vos préoccupations en ce qui a trait à votre travail à l'université et de recueillir vos suggestions, non seulement à ce sujet, mais aussi concernant les possibilités de développement que vous entrevoyez pour notre institution et les moyens à prendre pour les atteindre. Je suis profondément convaincu que cela est nécessaire pour que je puisse être le recteur, le pair parmi les pairs, que vous souhaitez et dont notre institution a besoin.

Je vous prie d'agréer, chères et chers membres de la communauté universitaire, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

MICHEL PIGEON
Doyen, Faculté des sciences et de génie
Le 21 août 2002