20 juin 2002


L'économiste A. Michael Spence honoré


Le 25 juin, l'Université décernera un doctorat honorifique au récipiendaire du prix Nobel d'économie 2001


À l'occasion de la réunion annuelle de l'organisme international Impacts micros des politiques macroéconomiques et d'ajustement (MIMAP), qui se tiendra à l'Université Laval, cette dernière remettra, le 25 juin, un doctorat honorifique à A. Michael Spence, professeur, chercheur, administrateur universitaire et prix Nobel d'économie 2001, afin de souligner l'ensemble de son oeuvre d'une exceptionnelle qualité et sa contribution inestimable à la science économique.

Né à Montclair, au New Jersey, A. Michael Spence obtient d'abord un baccalauréat en philosophie de l'Université de Princeton, puis une maîtrise en mathématiques de l'Université d'Oxford et, enfin, un doctorat en économique de l'Université Harvard. Ses brillantes études le destinent au professorat, dont il assumera les charges avec un tel brio que lui échoit, en 1978, le prix John Kenneth Galbraith pour la qualité de son enseignement.

Ses intérêts de recherche portent notamment sur les structures du travail, la fiscalité et la monnaie. Chercheur de tout premier plan, il s'est fait connaître surtout par ses travaux sur le délit d'initié dont se rendent coupables les acteurs économiques qui disposent d'une information privilégiée. Sans délaisser pour autant la recherche, il se tourne ensuite vers l'administration universitaire. Il accède ainsi à la fonction de doyen dans deux universités parmi les plus prestigieuses aux États-Unis, d'abord à Harvard (1984-1990), puis à Stanford (1990-1999).

En 2001, A. Michael Spence reçoit, conjointement avec ses collègues George Akerlof et Joseph Stiglitz, le prix Nobel d'économie pour l'analyse du fonctionnement des marchés et de leurs défaillances sous l'angle de l'asymétrie d'information. Grâce à leurs travaux, les trois chercheurs ont posé les bases de la théorie moderne de l'économie de l'information et ouvert la voie à un large éventail d'applications, de l'analyse des marchés agricoles traditionnels aux marchés financiers contemporains.

Par ailleurs, rappelons que le réseau MIMAP aide les pays en développement à élaborer des politiques et des programmes qui répondent aux objectifs de stabilisation et d'ajustement structurel tout en réduisant la pauvreté et la vulnérabilité des démunis. Le réseau MIMAP met en contact des chercheurs des pays en développement, des responsables des politiques, des organisations non gouvernementales (ONG) et des experts internationaux. Par la recherche, la formation et le dialogue, le réseau cherche à en savoir plus sur le coût humain des politiques et des chocs macro-économiques; à améliorer les politiques et les programmes d'atténuation de la pauvreté; à accroître l'équité; et à faire pression pour que les instances infranationales, nationales et internationales tiennent compte des recommandations de ses membres et les mettent en uvre. Le réseau regroupe plus de 40 équipes de recherche de l'Asie, de l'Afrique et du Canada.

Soulignons que, dans le cadre de la réunion du réseau MIMAP, le 25 juin, à 14 h 15, A. Michael Spence prononcera une conférence sur la mondialisation à laquelle le public est invité.