9 mai 2002

Mystique d'amour

Lancement du disque L'Oratorio de Marie-Madeleine à la Faculté de théologie et de sciences religieuses

Le dévoilement du contenu de la programmation du 150e anniversaire de la Faculté de théologie et de sciences religieuses, qui se déroulait dans le cadre des Grandes Fêtes de l'Université le 22 avril dernier, a été l'occasion d'un lancement peu commun: celui d'un disque dont la trame textuelle fait l'objet de recherches dans cette même faculté.

Le disque compact, intitulé L'Oratorio de Marie-Madeleine et enregistré par l'Ensemble Nouvelle-France et Louise Courville, présente en effet une oeuvre inspirée des textes de l'Évangile selon Marie, un document datant du début du christianisme et sur lequel se penche une équipe de chercheurs de la Bibliothèque copte de Nag Hammadi de l'Université Laval.

"L'Oratorio de Marie-Madeleine, uvre poétique et musicale, a pour but de faire connaître, sous de nouveaux angles, le message d'amour de Jésus, explique Louise Courville. Nous nous sommes fondés sur des textes fort anciens contenant des enseignements subtils légués, semble-t-il, à la 'bien-aimée' disciple Marie-Madeleine. Grâce à ces précieux documents historiques, l'aube du christianisme nous apparaît sous un éclairage nouveau, qui ne cesse de nous étonner en ce début du troisième millénaire."

Cet opéra sacré, ou oratorio, met en scène Myriam de Magdala (Louise Courville) et Yeshoua (Claude Bélanger), dont les voix s'expriment non seulement sur la toile historique d'un touchant symbolisme séculaire, mais également sur la tessiture mélodique d'instruments antiques (lyre sumérienne et kitara grecque) et de synthétiseurs "nouvel-âgeux".

Pour trouver l'Anthropos
"Empreint d'une atmosphère lumineuse, ce cycle de chants d'intériorité laisse entrevoir un échange spirituel très privilégié entre cette femme méconnue, appelée la pécheresse, et Jésus le Ressuscité, raconte Louise Courville. Les paroles révèlent, sous une forme poétique, une mystique de 'réunification' de l'être dans laquelle les polarités masculine et féminine entrent en jeu afin d'engendrer l'Anthropos, l'humain parfait. Il s'agit d'une mystique d'amour, celle-là même qui a le pouvoir de transformer, de faire naître en nous la conscience d'un plus grand idéal spirituel."

Et de témoigner Anne Pasquier, professeure à la Faculté de théologie et de sciences religieuses: "Grâce à la musique de Louise Courville et à l'Ensemble Nouvelle-France, qui nous en donnent aujourd'hui une interprétation vivante, peut-être ces manuscrits de Nag Hammadi pourront-ils être pour nous aussi, humains du XXIe siècle, une source d'inspiration."

GABRIEL CÔTÉ