18 avril 2002


Une centaine d'emplois étudiants à créer cet été

On manque de projets au Programme d'emplois pour étudiants étrangers

Le programme Études-Travail dispose actuellement de fonds lui permettant d'accorder des subventions salariales à plus d'une centaine de projets en provenance des unités d'enseignement et de recherche, des professeurs ou des services de l'Université Laval qui veulent engager des étudiants ou des étudiantes cet été.

C'est ce qu'a fait Savoir au Fil Marthe Lefebvre, responsable de ce programme au Service de placement. "La règle qui sera appliquée cet été, explique cette dernière, n'autorisera pas plus d'un poste par projet, ce qui donnera la chance à plus d'étudiants et d'étudiantes de profiter du programme."

Les éventuels employeurs de l'Université peuvent soumettre leurs propositions dès maintenant. Le programme Études-Travail leur remboursera 5 $ sur le taux horaire de 8,25 $ versé à l'étudiant ou à l'étudiante qu'ils auront embauchés.

Rappelons, par ailleurs, que pour être admissibles, les candidates et les candidats inscrits à temps complet aux 1er, 2e et 3e cycles doivent s'inscrire au Service de placement. Leur candidature sera ensuite évaluée en fonction de certains critères, dont les principaux porteront sur leurs compétences et sur leur situation financière. Le Service de placement soumettra ultérieurement aux unités ­ responsables du choix final ­ un maximum de trois candidats ou candidates pour chacun des postes ayant fait l'objet d'un affichage.

Emplois pour les étudiants étrangers
Il importe de signaler, d'autre part, que le Programme d'emplois pour étudiants étrangers, mis sur pied par la Direction des affaires étudiantes et de la coopération du ministère de l'Éducation du Québec et instauré en janvier 2002, à l'Université Laval, n'a pas encore épuisé son budget. L'afflux de projets de création d'emplois provenant des diverses unités de l'Université, n'a pas été, semble-t-il, assez abondant.

Le nouveau programme, conçu pour les étudiantes et les étudiants étrangers des trois cycles inscrits à l'Université Laval, comporte un certain nombre de similitudes avec le programme Études-Travail, mais il inclut surtout quelques règles particulières. Par exemple, sont admissibles les étudiants de l'extérieur assujettis aux droits de scolarité supplémentaires exigés des étudiants étrangers. Ces derniers doivent, entre autres, prouver qu'ils paient ces frais ( par un reçu du Service des finances de l'Université ou un document émanant de leur ambassade) et détenir un permis de travail sur le campus. La valeur maximale de leur travail rémunéré ne peut excéder le montant de leurs droits de scolarité supplémentaires.

GABRIEL CÔTÉ