18 avril 2002

Congrès de l'Acfas 2002

De l'eau, des OGM et des arbres

L'Association francophone pour le savoir ­ Acfas se fera l'écho de nos préoccupations environnementales lors de son 70e Congrès, qui se tiendra du 13 au 17 mai, à l'Université Laval. Les risques de maladies liées à la qualité de l'eau pour la population canadienne et québécoise ont fait la une des médias à plusieurs reprises ces dernières années. On a beaucoup parlé de la contamination microbiologique des eaux de consommation. Le colloque L'eau et la santé fera le point sur ce sujet et dégagera des pistes de développement de programmes de recherche répondant aux besoins les plus pressants (vendredi 17 mai).

En encourageant la diffusion des OGM alimentaires conçus pour les grandes monocultures intensives à pesticides, le Canada, troisième producteur mondial d'OGM, n'accélère-t-il pas le triple mouvement de concentration industrielle, de courses à l'homologation et aux brevets et à l'envahissement des OGM dans les catalogues de semence et l'environnement ? Le colloque/atelier Technosciences du vivant et sociétés : le cas de la transgénèse. Fondements, enjeux, impacts et politiques publiques sera un lieu de débats démocratique et d'analyse critique sur la transgénèse (mercredi 15 mai).

L'agriculture doit assurer les besoins alimentaires de l'humanité, mais elle est confrontée à une crise : la productivité ne croît plus au même rythme qu'avant. Si le rendement des cultures agricoles a plus que doublé depuis 40 ans, la productivité végétale semble stagner. Le colloque intitulé Le réseau de recherche en productivité végétale exploitera deux pistes de recherche pour optimiser la productivité végétale que sont l'exploration et l'exploitation du potentiel génétique des plantes et la restauration de la santé des écosystèmes agricoles (vendredi 17 mai).

Le colloque Sociologie, économie et environnement sera l'occasion de faire un bilan des expériences de recherche où se rencontrent la sociologie, l'économie, et l'environnement. On se penchera sur les potentialités de ces échanges entre disciplines ainsi que sur celles d'une approche socio-économique de l'environnement. On se demandera notamment quel rôle ces approches combinées peuvent jouer dans le développement de la " gouvernance " de l'environnement et du développement social (mardi 14, mercredi 15 et jeudi 16 mai).

De tous les phénomènes naturels, la photosynthèse est sûrement le plus fondamental pour la vie sur terre : les végétaux transforment l'énergie lumineuse en des produits chimiques énergétiques utilisables pour leur croissance et leur développement. Les objectifs du colloque Photosynthèse : avancement scientifiques et applications commerciales (lundi 13 mai) sont de présenter l'état actuel de grandes questions scientifiques relatives à la photosynthèse, de stimuler l'interaction entre les chercheurs et de discuter des applications commerciales qui découlent de la photosynthèse.

Foresterie
Le ministère des Ressources naturelles du Québec a récolté, sur l'ensemble du Québec forestier, des données qui proviennent de plus de 10 000 placettes échantillons, utilisées par une foule d'organisations pour des fins de recherche notamment. Le colloque/atelier Potentiel et utilisation des placettes échantillons permanentes pour la gestion et la recherche en sciences naturelles établira un dialogue entre les concepteurs et les utilisateurs des inventaires forestiers basés sur des placettes échantillons permanentes (vendredi 17 mai).

La forêt mélangée constituée de résineux et de feuillus fortement entremêlés couvre plus de 10 % du Québec. Cette forêt mélangée est encore mal connue. Le colloque Sylviculture et faune de la sapinière à bouleau jaune : où en sommes-nous ? fera le point sur le projet SSAM (Scénarios sylvicoles adaptés à la forêt mélangée). Le but est de mettre en commun l'expertise acquise pour élaborer de nouvelles pratiques sylvicoles adaptées à la forêt mélangée à feuillus tolérants, plus précisément la sapinière à bouleau jaune (mercredi 15 mai).

Avec près de 20 milliards de dollars en produits livrables par année et de multiples retombées en région, le secteur forestier est celui qui contribue le plus à l'économie du Québec. Or des pénuries sont prévisibles d'ici 25 ans dans certaines régions. Pour y remédier, on tend à exploiter de façon commerciale des plantations à croissance rapide. Le colloque/atelier Le Québec forestier à l'heure de la ligniculture : enjeux, défis et contraintes se penchera sur la ligniculture (plantation d'essences à croissance rapide) qui soulève des questions d'ordre environnemental, social et économique (lundi 13 et mardi 14 mai).

Pour en savoir plus, consultez le programme complet des activités sur le site Internet de l'Acfas : www.acfas.ca/congres