18 avril 2002


15 % des Canadiens souffrent de constipation

La constipation prête flanc à la rigolade et aux blagues vaseuses, mais les personnes qui en souffrent ne trouvent pas leur situation risible, loin de là. Et elles sont nombreuses à souffrir de ce trouble de contraction de l'intestin, si on en juge par les résultats de la première enquête nationale sur la prévalence de la constipation, menée par des spécialistes en gastro-entérologie du Québec et de l'Ontario. Plus de 27 % des 1 149 adultes des quatre coins du Canada qui ont participé à l'étude en janvier 2000 ont déclaré avoir souffert de constipation au cours des trois mois précédents.

Cependant, sur la base de critères médicaux reconnus, la prévalence de la constipation s'établirait plutôt aux environs de 15 % au pays, rapportent les auteurs de l'étude. "Beaucoup de gens se croient constipés parce qu'ils ont mal au ventre, mais il faut qu'il y ait présence de deux ou trois symptômes bien précis sur un ensemble de six pour établir un diagnostic de constipation", explique le responsable de l'étude, le professeur Pierre Paré de la Faculté de médecine.

Les conclusions de cette enquête, publiées dans une récente édition de l'American Journal of Gastroenterology, révèlent également que deux fois plus de femmes que d'hommes (21 % contre 10 %) souffrent de constipation. Le Québec semble légèrement plus éprouvé que les autres régions du pays, puisque près d'un adulte sur cinq connaîtrait les affres de ce problème intestinal. Le tiers des personnes qui se croyaient victimes de constipation ont consulté un médecin à ce propos; seulement le quart de celles qui présentaient les symptômes médicaux reconnus en ont fait autant. Parmi les personnes souffrant de constipation, les femmes (36 %) sont plus enclines à consulter un médecin que les hommes (20 %).

"La constipation est un problème courant au Canada, mais il est cependant mal défini et mal connu, souligne Pierre Paré. Les médecins devraient interroger en détail les patients qui se disent constipés pour afin d'établir qu'il s'agit bien de ce problème. Environ 2% des consultations faites dans les cabinets de médecins de famille se rapportent à la constipation et il est important de bien définir dès le départ ce que l'on traite."

JEAN HAMANN