17 janvier 2002

Laval, première aux Jeux de médecine

La délégation de quelque 300 étudiants et étudiantes de la Faculté de médecine enlevé les grands honneurs des Jeux de médecine (Med Games) qui se sont déroulés au PEPS, du 11 au 13 janvier.

Les représentants de l'Université Laval ont en effet devancé ceux de l'Université de Sherbrooke et de l'Université de Montréal au classement final de cette compétition, placée sous le signe de la franche camaraderie et des exploits sportifs et parasportifs, qui a attiré dans la Cité universitaire près de 1 500 participants et participantes provenant de neuf facultés de médecine de l'Ontario (Toronto, Ottawa, Queen's, McMaster et Western) et du Québec (McGill, Montréal, Sherbrooke et Laval).

Plus d'une vingtaine d'activités et de tournois étaient inscrits au programme. Si, comme on l'affirme, c'est dans l'épreuve que l'on reconnaît le courage d'un être humain, les Jeux en comportaient plusieurs qui ont su mettre en évidence les multiples talents et la détermination des futurs professionnels de nos réseaux de santé. Ces derniers ont ainsi fait étalage de leurs capacités autant dans des activités "traditionnelles" comme le basketball, le volleyball, le handball, le soccer, le hockey, l'athlétisme, le tennis, le badminton, le ping-pong, le squash et la natation que dans des disciplines d'invention plus récente comme l'escalade, le hockey-cosom, le flag-football, l'ultimate frisbee, le ballon-quilles, le kayakette, le wallyball, le babyfoot et les bombes (water bombs).

Soulignons que les Jeux de médecine ont également été le théâtre d'un championnat de tir-au-poignet, d'un concours de murales dans le tunnel menant au PEPS, d'une simulation boursière et d'un tournoi d'improvisation dont la grande finale a été présentée au Palladium de Sainte-Foy, sous l'habile direction du comédien Luc Senay.

"L'atmosphère dans laquelle ont baigné les Jeux a été formidable et toutes les activités se sont très bien déroulées, en particulier la finale d'impro, qui a clôturé de façon magistrale trois journées de rencontres fort intenses", a fait savoir Guillaume Drolet, étudiant à la Faculté de médecine de l'Université Laval et président de l'édition 2002 des Jeux de médecine.

GABRIEL CÔTÉ