17 janvier 2002

L'art prend l'air

Le 22 janvier, la réserve de L'imageothèque déborde sur l'Agora du pavillon Alphonse-Desjardins

L'Agora du pavillon Alphonse-Desjardins se transformera bientôt, et pour une demi-journée, en salle d'exposition. Le mardi 22 janvier entre 11 h et 15 h, ceux et celles qui emprunteront ce lieu passablement fréquenté auront l'occasion de voir une sélection d'oeuvres d'art grand format choisies à même la réserve de l'Imageothèque, le système de location d'oeuvres d'art du Service des activités socioculturelles (SASC). "Ce survol des oeuvres de L'imageothèque comprendra certaines nouvelles acquisitions, précise le coordonnateur d'activités au SASC, Françoys Bédard. Cette présentation offrira un point de vue privilégié, un autre rapport aux oeuvres parce que celles-ci sont habituellement entreposées dans un local exigu. L'exposition dans un lieu public vise à rejoindre un maximum de personnes. Ce sera aussi une entrée en matière pour ceux et celles qui ne connaissent pas L'imageothèque."

Styles et courants artistiques variés
L'imageothèque a vu le jour en 1989. La collection ne comptait alors que quatre ou cinq oeuvres d'art originales. Elle en compte maintenant plus de 300. Ces peintures, estampes, aquarelles, photographies et techniques mixtes se présentent dans une grande variété de styles et de courants artistiques. Elles ont été réalisées pour la plupart par des étudiantes et étudiants de Laval inscrits majoritairement en arts plastiques, mais aussi dans une grande variété de programmes dont la médecine, le droit et le génie. Dans cette collection, les oeuvres abstraites et les techniques mixtes prédominent. "Cette prépondérance des oeuvres non figuratives, indique Françoys Bédard, correspond à un des objectifs de L'imageothèque qui est de montrer d'autres avenues en arts visuels. Certains traitements sont effectivement très originaux. Je pense à Linda Bluteau qui travaille avec du café. Non seulement ça se voit, mais ça se sent! Alain Nadeau, lui, travaille hors-cadre et exploite des techniques mixtes très éclatées. Chez lui, le cadre devient un des éléments intégrés de l'oeuvre."

Bon an mal an, L'imageothèque effectue environ 300 locations. Quatre fois sur cinq, la personne qui emprunte est un étudiant ou un membre de la communauté universitaire. À ceux et celles qui n'ont pas le réflexe "Imageothèque" pour la décoration de leur lieu de travail, Françoys Bédard suggère de dépasser le stade de l'affiche et du pot de fleurs. "L'éducation que nous essayons de faire porte entre autres sur les salles de réunions, dit-il. Un exemple: il y a quelques semaines, une chargée de cours de la Faculté des sciences de l'administration est venue chercher trois oeuvres grand format pour l'inauguration de leur nouveau salon des professeurs."

Un don qui rapporte
Deux cent vingt artistes sont membres de L'imageothèque. Chacun a donné au moins une oeuvre puisque L'imageothèque ne fonctionne que par donation. En retour, l'artiste reçoit une visibilité des plus intéressantes. Les oeuvres se retrouvent souvent dans des aires de bureaux très fréquentées. Une vignette d'identification, remise au moment de la location, peut être apposée à côté de l'oeuvre. Les oeuvres s'intègrent parfois à des expositions. Enfin, elles sont présentes dans Internet via une galerie virtuelle. "Pour l'artiste, soutient Françoys Bédard, L'imageothèque s'avère une vitrine sur le monde."

La réserve de L'imageothèque est située au local 2442 du pavillon Alphonse-Desjardins. Le coût de location est de 8 $ pour les étudiants et de 15 $ pour les autres. La période de location est de quatre mois. La réserve est ouverte le mardi de 11 h 30 à 14 h 30, et le jeudi de 16 h 30 à 19 h 30. La galerie virtuelle de L'imageothèque se trouve dans le site du SASC au www.sasc.ulaval.ca. On peut rejoindre le SASC au numéro 656-2765.

YVON LAROSE