31 août 2000

CADEUL ET AELIÉS, MÊME COMBAT

Les deux associations étudiantes vont lutter, cet automne, pour un financement adéquat de l'Université

S'il faut en croire les dirigeants de la Confédération des associations d'étudiants et d'étudiantes de l'Université Laval (CADEUL) et de l'Association des étudiantes et des étudiants de Laval inscrits aux études supérieures (AELIÉS), le refinancement en éducation, et plus particulièrement celui concernant l'Université Laval, demeurera au coeur des préoccupations de ces associations générales au cours de l'année universitaire 2000-2001.

D'un côté comme de l'autre, la question reste d'une brûlante actualité surtout depuis que le ministère de l'Éducation du Québec a rendu publique sa proposition de mode d'allocation des ressources aux universités, laquelle priverait l'Université Laval de revenus de l'ordre de 14 millions de dollars dès la présente année.

"Nous allons lutter pour aller chercher l'argent qui revient à l'Université Laval et veiller, ensuite, à ce que celui-ci soit bien réinvesti en ressources professorales et dans le budget d'acquisition de la Bibliothèque", a déclaré au Fil Michel Laflamme, qui assume la présidence de la CADEUL depuis le 28 août, à la suite de la démission d'Angèle Germain pour des raisons scolaires. Cette dernière avait occupé ce poste pendant cinq mois seulement.

"Nous allons travailler pour aider au refinancement de l'Université Laval en gardant en tête la situation de la Bibliothèque et le régime forfaitaire, et ce dans l'intérêt financier de la communauté universitaire", a affirmé pour sa part Emmanuelle Trottier, la nouvelle présidente de l'AELIÉS.

Autres dossiers chauds
Le régime forfaitaire des étudiants et des étudiantes des 2e et 3e cycles (et l'augmentation éventuelle de ses frais) sera d'ailleurs l'un des premiers sujets que l'Association espère pouvoir régler avec la direction de l'Université dans les mois à venir, a confié sa présidente. La propriété intellectuelle, la nomination du doyen de la Faculté des études supérieures et la participation à un sondage sur la situation des étudiants-chercheurs au Québec, réalisé par le Conseil national des cycles supérieurs (CNCS), feront également partie des dossiers prioritaires de l'AELIÉS.

Par ailleurs, la liste des points qui retiendront particulièrement l'attention de la CADEUL comprend notamment, en plus du refinancement de l'Université et de la santé documentaire de la Bibliothèque, le rapprochement avec ses membres, l'évaluation des cours sur Internet, la valorisation des initiatives étudiantes, les États généraux sur la langue, la Marche des femmes et le Sommet de Québec 2001, a fait savoir Michel Laflamme.


GABRIEL CÔTÉ