16 mars 2000

En forme et en formes


Des étudiants et étudiantes de l'École des arts visuels font très bonne figure dans le plus important concours de design graphique au Québec

L'Université Laval a fait bonne figure lors de la troisième édition du prestigieux concours Graphika, organisé par les Éditions Info Presse, en collaboration avec la Société des designers graphiques du Québec (SDGQ). Ce concours couronne, chaque année, les meilleures pièces de design graphique du Québec. Six étudiants et diplômés de l'École des arts visuels figuraient parmi les finalistes dans cinq catégories, et quatre d'entre eux ont reçu un Grand Prix, lors du gala Graphika qui a eu lieu récemment au Spectrum de Montréal.

Le jury, présidé par Pierre Léonard, directeur de création chez Graphème Communication-Design, était composé de 12 membres de la SDGQ oeuvrant dans le secteur publicitaire, de l'enseignement et des nouvelles technologies. Plus de 1 200 pièces ont été soumises par 202 entreprises et organismes, et 38 prix remis dans 35 catégories couvrant quatre principaux champs: médias imprimés, identité visuelle, illustration et multimédia.

Des universitaires sur les rangs
Nouveauté cette année: l'Association des illustrateurs et illustratrices du Québec et des étudiants des universités québécoises ont participé au concours. C'est d'ailleurs Isabelle Côté, finissante au baccalauréat en communication graphique à l'Université Laval, qui a remporté le Grand Prix Étudiant, avec son portefolio intitulé: "Ce pourquoi j'ai été créée ". Cette pièce, qui lui sert de curriculum vitae, présente sa démarche artistique et les différents projets de création graphique à son actif. "Ce prix constitue une véritable reconnaissance du milieu puisque le jury était formé de professionnels qui oeuvrent dans des firmes renommées, notamment Pagebot Design, Parallèle communication-design et Diesel Design ", fait remarquer Isabelle côté.

Le Prix spécial Expérimentation typographique a été décerné à Catherine Poirier, diplômée en 1997 de la maîtrise en arts visuels, pour souligner l'originalité de l'exposition "300 mots/ seconde ", tenue à la galerie Engramme du complexe Méduse, à Québec, en avril 1999. Une exposition dans laquelle l'artiste a présenté un montage typographique, composé d'extraits de ses textes personnels. "La typographie constitue une branche à part entière du design graphique et je la privilégie parce qu'elle me permet de marier mon amour des mots et de l'image. Recevoir un prix aussi prestigieux me confirme, tout simplement, que je suis sur la bonne voie ", souligne Catherine Poirier.

Dans la catégorie Animation électronique, la firme Diesel Digital a remporté le Grand Prix avec Artquest, Demystifying Print Production , projet dont Édouard Lê, finissant au baccalauréat en communication graphique, a assuré la conception, le design et l'infographie et Carl Gagnon, diplômé au baccalauréat en communication graphique en 1998, l'animation 3D. Édouard Lê était également finaliste dans la catégorie Calendrier avec le calendrier 2000 de Desmeules Automobiles, dans lequel on retrouve des illustrations de l'artiste québécois Claude J. Savard.

Écouter pour mieux créer
Évangéline LeBlanc, étudiante à la maîtrise en photographie et traitement de l'image, s'est classée parmi les finalistes dans la catégorie Livre Ensemble pour la conception graphique de la publication Jocelyne Alloucherie, conservations et oeuvres choisies (1993-1999), parue aux éditions Parachute, et subventionnée conjointement par le Conseil des arts et des lettres du Québec et l'Université Laval, via son Programme de soutien à la recherche et à la création. "J'étais en compétition avec des firmes qui s'appuient sur de grosses équipes et qui disposent de bons budgets, je suis donc très fière que ma publication se soit démarquée", dit-elle.

Pour Évangéline LeBlanc, qui privilégie une approche intimiste, le travail de graphiste demande une bonne dose d'humilité et une grande capacité d'écoute: "L'important est que la philosophie du client transparaisse dans la réalisation. Par exemple, dans la publication des oeuvres de Jocelyne Alloucherie, professeure à l'École des arts visuels, j'ai dû, d'abord, apprendre à connaître l'artiste, explorer son cheminement, découvrir sa sensibilité. Le résultat final a donné une publication très épurée, un peu zen, dont le format s'aligne parfaitement sur celui des photographies de ses oeuvres."

Les pièces de tous les finalistes sont présentées dans le numéro de février 2000 du mensuel Graphika, la référence au Québec dans le domaine du graphisme, ainsi que sur le site Internet d'Info Presse (www.infopresse.com).


MÉLANIE BRÛLÉ
Programme Études-travail