9 décembre 1999

Internet: plus loin, plus vite et ça presse!


Un professeur de Sciences et génie plaide en faveur du déploiement de liens à haute vitesse sur le campus

Emballé et affolé. Voilà l'état dans lequel Michel Duguay, professeur au Département de génie électrique et de génie informatique, est rentré de la cinquième réunion annuelle de CANARIE (Canadian Network for the Advancement of Research, Industry and Education), qui avait lieu à Toronto la semaine dernière. "L'optimisme sur l'avenir d'Internet et des communications à très grande largeur de bande était contagieux, affirme le professeur. Les possibilités que ces outils ouvrent dans le domaine de l'enseignement et de la recherche sont fabuleuses et les universités qui ne disposeront pas d'un pareil réseau vont disparaître à toutes fins utiles, prédit-il. Personnellement, je ne recommanderais pas à un étudiant d'aller étudier dans une université qui ne possède pas un tel réseau. Ce serait comme étudier dans une université qui n'a pas de livres."

Des liens à très haut débit sont en voie d'être déployés partout sur le continent. Un des groupes les plus cités pendant la rencontre de CANARIE a été le RISQ (Réseau interordinateur scientifique québécois), un organisme enfanté en 1989 par les universités du Québec et par le CRIM, souligne Michel Duguay. En partenariat avec Québec-Téléphone, le RISQ travaille présentement à l'implantation d'un réseau Gb-Ethernet (un lien Internet à 1 Gigabit) dans 26 commissions scolaires du Québec. Le réseau pourrait entrer en service avant la fin de l'an 2000. "Le Gb-Ethernet va rendre possible l'accès rapide aux grandes banques de données, à la visualisation 3D, aux télélaboratoires, aux vidéos éducatifs numérisés, à une interactivité inter-écoles multimédia, bref, à tout un nouveau monde inconnu, jugé par beaucoup comme étant très prometteur."

Une révolution économique?
Évidemment, les coûts de pareilles installations ont longtemps fait frémir. "On a démontré qu'un réseau de communications optiques utilisant des routeurs Gb-Ethernet peut être construit efficacement et rentabilisé sur des périodes aussi courtes que trois ans, signale Michel Duguay. Pour les commissions scolaires, ces réseaux, dont elles sont copropriétaires, deviennent un investissement et non plus une dépense récurrente. Nous voyons donc ici une révolution non seulement technique, mais aussi économique."

L'Université Laval a entrepris un projet de modernisation de son infrastructure de télécommunications qui prévoit la mise en place d'un réseau Gb-Ethernet à certains endroits. "Le projet initial consiste à relier les pavillons de recherche d'ici 2002", confirme Mario Bruneau, du Service de l'informatique et des télécommunications. Michel Duguay aimerait que les choses aillent plus loin , plus vite. "Ces réseaux sont essentiels en recherche mais aussi en enseignement. C'est d'une importance capitale. Si les étudiants ont accès à ces réseaux dans les écoles secondaires, ils vont s'attendre à avoir un lien équivalent en arrivant à l'université. C'est formidable que le RISQ déploie un réseau rapide dans les commissions scolaires du Québec mais il faudrait aussi se préoccuper de déployer un réseau Gb-Ethernet sur les campus universitaires."

"Je pense que le gouvernement Bouchard n'a pas compris la place que ces réseaux sont appelés à prendre dans la nouvelle économie, déplore Michel Duguay. Nous sommes assis sur une mine d'or et, si nous n'investissons rien pour l'exploiter, elle risque de nous échapper."

JEAN HAMANN