2 décembre 1999

Découverte d'une faille géologique récente au Saguenay


"Cette faille est un rappel permanent dans le paysage que des tremblements de terre majeurs sont déjà survenus chez nous et qu'il pourrait encore s'en produire."

Un chercheur du Département de géologie et de génie géologique de l'Université Laval, Jacques Locat, et son équipe viennent de découvrir une faille géologique récente d'importance dans la région du Saguenay. Cette faille est visible sur une longueur d'au moins 400 mètres et, à certains points, sa surface exposée dépasse 15 mètres de largeur. Pour le moment, les chercheurs en ignorent la profondeur exacte. Rappelons qu'une faille est une cassure dans l'écorce terrestre, qui peut résulter d'une activité sismique, où on observe un déplacement relatif entre les blocs situés de part et d'autre de la fracture. Dans le cas de la faille découverte par les chercheurs, le déplacement vertical est de l'ordre de 50 cm à 1 mètre de hauteur.

La faille est située dans la région immédiate de la baie des Ha! Ha!, à environ 5 kilomètres à l'est de la ville de La Baie et à 25 kilomètres au nord de l'épicentre du tremblement de terre du 25 novembre 1988. Elle ne serait cependant pas reliée au séisme de 1988.

La faille n'est pas visible à partir d'images satellite ou de photos aériennes à petite échelle. Par contre, elle est clairement apparente sur les photographies aériennes à l'échelle de 1: 10 000. "Ce n'est pas une surprise de découvrir une telle faille au Saguenay, la région étant bien connue pour son activité sismique, signale Jacques Locat. Toute cette région est parsemée de fractures apparues il y a plusieurs millions d'années. Le séisme qui est responsable de la faille que nous avons trouvée a réactivé une ancienne fracture."

Postérieure à la dernière glaciation
Selon Jacques Locat, la surface très lisse de la faille indique clairement qu'elle n'a pas été exposée à la dernière glaciation; elle serait donc apparue il y a moins de 10 000 ans. Diverses observations géologiques récoltées dans ce secteur portent le chercheur à croire que la faille aurait pu apparaître à la suite du tremblement de terre de 1663. Ce séisme aurait atteint une magnitude entre 7 et 8 à l'échelle de Richter.

"En tant que telle, la faille n'est pas dangereuse, insiste Jacques Locat. Par contre, c'est un rappel permanent dans le paysage que des tremblements de terre majeurs sont déjà survenus chez nous et qu'il pourrait encore s'en produire. Le Saguenay, Charlevoix et Vancouver sont parmi les zones les plus actives sur le plan sismique au Canada."

Des relevés depuis 6 ans
Les premiers indices de la présence de la faille proviennent de relevés effectués, en 1993, par Jacques Locat et par des chercheurs de l'Institut Maurice-Lamontagne, à l'aide d'un échosondeur multifaisceaux. L'image du fond du Saguenay ainsi générée avait alors révélé la présence d'une ligne droite dans les dépôts meubles de la baie des Ha!Ha!. Un nouveau relevé, effectué en 1997, après les inondations du Saguenay, a confirmé la présence de cet escarpement sous-marin. Ces observations répétées ainsi que des relevés sismiques ont amené Jacques Locat et ses collègues à soupçonner la présence d'une faille dans l'écorce terrestre de ce secteur. "Je me suis dit que si le plancher était craqué, il y avait de bonnes chances pour que les murs le soient aussi. Nous sommes donc retournés dans le secteur l'été dernier pour examiner les falaises et la faille était là, bien visible, au point où on s'est demandé comment on avait pu ne pas la voir pendant toutes ces années!"

Jacques Locat prévoit que ce site pourrait devenir populaire parmi les sismologues. La faille a encore beaucoup de secrets à livrer notamment son âge, sa profondeur, sa géométrie et son degré d'activité actuelle. Selon le chercheur, le site présente également un intérêt touristique. La faille serait observable depuis le belvédère du Musée du fjord à La Baie, ainsi qu'à partir des nombreux bateaux de croisière qui passent quotidiennement à proximité pendant la saison touristique. De plus, un sentier écologique, le sentier du Cap de l'ouest, enjambe la faille sans en soupçonner la présence. Seulement deux autres failles post-glaciaires ont été découvertes au Québec, celle de l'Ungava et celle de Petite-Rivière-Saint-François.

L'annonce de cette découverte a été faite lors de la rencontre Géologie Québec qui a eu lieu à Québec le 25 novembre. Jacques Locat fera également connaître la découverte de cette faille au congrès de l'American Geophysical Union qui aura lieu à San Francisco en décembre.


JEAN HAMANN