28 octobre 1999

 

"Une démarche intéressante et prometteuse"


Le recteur François Tavenas accueille favorablement l'Énoncé de politique à l'égard des universités rendu public mardi par le ministre de l'Éducation


"Le document du ministre François Legault est opportun, compte tenu de l'évolution du monde universitaire au cours des dernières décennies. Il constitue de plus une excellente base de dialogue entre les universités et le ministre de l'Éducation", a commenté le recteur de l'Université Laval, lors d'une rencontre de presse qu'il a tenue en début d'après-midi, mardi. François Tavenas estime que L'Énoncé de politique à l'égard des universités, que le ministre François Legault, a rendu public le même jour, représente "une démarche intéressante et prometteuse".

L'Énoncé de politique reprend à son compte plusieurs affirmations émises par les recteurs au cours des dernières années, notamment en ce qui a trait au rôle irremplaçable que jouent les universités comme moteurs "de notre développement économique, social et culturel", n'a pas manqué de souligner ce dernier.

François Tavenas s'est réjouit par ailleurs que cet énoncé de politique s'appuie sur "la conviction qu'un investissement dans nos universités est un investissement dans notre avenir" et qu'il reconnaisse le rôle de service public des universités québécoises et du financement public de celles-ci. "Le document publié par le ministre Legault est remarquablement cohérent avec les conclusions de la Commission d'orientation de l'Université Laval", a souligné d'autre part le recteur, qui s'est dit d'accord, de façon générale, avec les trois objectifs centraux de l'Énoncé de politique. Ceux-ci, précisons-le, réaffirment l'importance des universités, font connaître les orientations de l'action gouvernementale à l'égard des universités, et établissent un cadre de référence situant les engagements et les attentes du gouvernement à l'endroit des universités.

Accès, performance et réponse
L'Énoncé du ministre de l'Éducation repose en fait sur trois orientations : l'accès aux études universitaires ; la performance des établissements au regard de la qualité de l'enseignement, de l'excellence de la recherche et de l'efficience globale du système ; et la réponse aux besoins de la société et l'ouverture sur le monde. Chacune de celles-ci est assortie de priorités d'action accompagnées de diverses mesures.

Ainsi, au chapitre de l'accès aux études universitaires, le ministre retient deux priorités d'action : favoriser la formation de ressources humaines hautement qualifiées et d'une relève scientifique solide, et promouvoir l'accès et la réussite des études.

La performance des universités doit, pour sa part, s'articuler autour de cinq éléments clés : la réussite des études et l'obtention des diplômes (entre autres mesures, "encourager la persévérance aux études, notamment en mettant l'accent sur l'encadrement des étudiants de 1er cycle") ; la qualité de la formation (particulièrrement "assurer le renouvellement, le recrutement et la rétention d'un corps professoral de haute qualité") ; l'excellence de la recherche (notamment "renforcer les liens entre l'enseignement et la recherche"); l'efficience ("inciter, entre autres, les établissements à gérer rationnellement leur offre de programmes") ; la réponse aux besoins de la société et l'ouverture sur le monde (en particulier "augmenter la capacité de réponse des universités aux besoins de la société, favoriser la recherche axée sur l'innovation sociale et industrielle, de même que les stratégies d'insertion des diplômés dans la vie professionnelle").

Un regard renouvelé
"En aidant les divers intervenants à concentrer leur attention et leurs efforts sur les défis à relever, en amenant l'université à reconsidérer ses façons de faire pour mieux assumer son rôle et à renouveler le regard qu'elle porte sur elle-même, nous contribuons à lui garantir la place qu'elle doit occuper dans un Québec tourné vers l'avenir", affirme François Legault.

L'Université Laval, comme les autres universités du réseau, fera parvenir ses commentaires au ministre de l'Éducation d'ici au 26 novembre. Une politique de financement visant à corriger les problèmes actuels et un plan de réinvestissement s'étalant sur quelques années devraient venir compléter cet Énoncé, annonce le ministre. Ce dernier compte déposer la Politique à l'égard des universités en décembre.

GABRIEL CÔTÉ