28 octobre 1999

Une année exceptionnelle pour la Fondation

L'actif net a augmenté de 25% par rapport à 1998

À l'occasion de son assemblée annuelle tenue le vendredi 22 octobre dernier, La Fondation de l'Université Laval a présenté à ses membres son rapport annuel pour l'année financière 1998-1999. Dans son allocution devant les membres de l'assemblée, le président sortant, André Y. Fortier, n'a pas manqué de faire état des résultats financiers exceptionnels qu'à connus la Fondation. Avec une augmentation de 25 % de l'actif net par rapport à 1998 et un excédent des revenus par rapport aux dépenses de plus de 9 millions de dollars, M. Fortier a affirmé que "l'année qui se termine aura été la meilleure qu'ait connue la Fondation depuis sa création en 1966".

Pour l'exercice financier se terminant le 31 mai 1999, La Fondation de l'Université Laval présente ainsi un excédent des revenus sur les frais d'exploitation de 9 559 570 $. L'actif net est de 47 126 314 $. Au chapitre des subventions consenties à l'Université, 4 467 813 $ ont été répartis entre différents programmes dont les fonds d'investissement étudiants, 758 000 $, le catalogue informatisé de la Bibliothèque, 50 000 $, les bourses de doctorat, 341 000 $, et les bourses de maîtrise, 187 000 $.

Des virages rentables
André Fortier président et chef de la direction de GeoNova Exploration et président du conseil et chef de la direction de Ressources MSV, en a également profité pour dresser le bilan de ses sept années au sein du conseil d'administration de La Fondation de l'Université Laval dont les deux dernières à titre de président. Qualifiant d'extraordinaire l'évolution qu'a connue la Fondation, il s'est dit convaincu que les changements entrepris en son sein depuis quelques années, sur le plan administratif et plus récemment dans la sollicitation, ne pourront être que bénéfiques au développement de l'Université. La Fondation a ainsi amorcé cette année un virage dans la sollicitation de ses partenaires: la campagne annuelle fait maintenant place à des campagnes thématiques s'étendant sur plus d'un an.

Par ailleurs, M. Fortier a tenu à mentionner un axe de développement majeur des prochaines années: les dons importants des individus. "À l'instar de l'activité philanthropique nord-américaine, celle qui se pratique dans les universités québécoises tend aujourd'hui à rechercher davantage le soutien des individus: aussi mettrons-nous l'accent sur la sollicitation des diplômés et des amis capables de s'engager envers l'Université par des contributions majeures", a déclaré André Fortier.
Vers une forte culture philanthropique
Avant de passer le flambeau à la nouvelle présidente, Mme Angèle St-Yves, M. Fortier a tenu une fois de plus à mettre son chapeau de solliciteur en chef. Il a enjoint les nombreux donateurs présents à continuer d'exercer leur générosité personnelle envers l'Université Laval tout en encourageant leurs connaissances à faire de même, et d'accepter qu'on les cite en exemples. "C'est ainsi que se développe la culture philanthropique dont vous êtes de si bons représentants ", a-t-il affirmé.

Le recteur François Tavenas a, quant à lui, souligné l'excellente santé pédagogique de l'Université Laval, et ce, malgré un contexte financier difficile. Le recteur s'est dit toutefois assuré que la situation ira en s'améliorant. Faisant référence au contexte social qui prévaut actuellement au Québec, il a rappelé à tous le rôle qu'ils ont à jouer en tant qu'ambassadeurs de l'Université auprès de la collectivité. M. Tavenas a insisté sur l'importance de leur action auprès de la société, afin que le rôle des universités dans le développement de notre collectivité tout entière soit davantage valorisé.

En deuxième partie de l'assemblée annuelle, le recteur ainsi que la nouvelle présidente de la Fondation, Angèle St-Yves, ont remis en guise de reconnaissance pour leur engagement financier une plaque-souvenir aux nouveaux gouverneurs et commandeurs et pour la première fois, une sculpture représentant un alérion aux anciens et aux nouveaux membres du Cercle du recteur.

PIERRE BÉGIN