7 octobre 1999

L'information-opium

La lecture de documents portant sur le traitement comportemental de l'insomnie contribue à améliorer la qualité du sommeil

Le traitement comportemental de l'insomnie pourrait être mis en application sans que les insomniaques n'aient à franchir la porte d'un cabinet de psychologue. En effet, deux chercheurs de l'École de psychologie viennent de démontrer que la lecture de livrets portant sur le traitement comportemental de l'insomnie a produit des améliorations substantielles sur les habitudes de sommeil de sujets souffrant de ce mal. Une courte consultation psychologique hebdomadaire n'a ajouté aucun bénéfice durable à la qualité du sommeil des participants, apprend-on dans l'article que Véronique Mimeault et Charles Morin publient sur le sujet dans le dernier numéro du Journal of Consulting and Clinical Psychology, une publication de l'American Psychological Association.

Les chercheurs ont comparé l'efficacité de deux méthodes contre l'insomnie chez un groupe de 54 personnes. Le premier groupe était soumis à une bibliothérapie qui consistait à lire six livrets d'environ 15 pages chacun, postés aux participants à raison d'un numéro par semaine. Chaque livret couvrait un aspect de la thérapie comportementale de l'insomnie. Leur contenu a été rédigé à partir de l'ouvrage que Charles Morin a publié sur la question en 1996. Les sujets du deuxième groupe étaient soumis à la même bibliothérapie, mais en plus, ils avaient droit à une consultation téléphonique hebdomadaire de 15 minutes avec un psychologue.

Au terme de ce programme de six semaines, les sujets des deux groupes ont vu la qualité de leur sommeil s'améliorer significativement. Au départ, l'amélioration était légèrement supérieure dans le groupe qui avait bénéficié de l'intervention psychologique mais, trois mois après le traitement, cette différence avait disparu. Dans les deux groupes, l'efficacité du sommeil (heures dormies sur les heures passées au lit) avait grimpé d'environ 11%, passant de 68% à 79%. Quant aux périodes d'insomnie, elles avaient diminué de 162 à 106 minutes par nuit. "La bibliothérapie, avec ou sans la supervision professionnelle d'un psychologue, est efficace dans le traitement de l'insomnie", conclut les deux chercheurs.

Efficace et économique
Le traitement comportemental de l'insomnie est donc en voie de s'imposer comme l'approche la plus efficace et la plus économique qui soit pour retrouver le sommeil. On se souviendra que l'équipe de Charles Morin a démontré, il y a quelques mois, la supériorité, à long terme, des traitements psychologiques sur les somnifères chez un groupe de personnes âgées. Sa dernière étude vient prouver l'accessibilité de cette méthode. L'insomnie est un problème répandu dans la population puisque 10 % de la population adulte en souffre façon chronique. Cependant, moins de 15 % des insomniaques consultent un professionnel pour ce problème et ceux qui le font repartent plus souvent qu'autrement avec une prescription de médicaments. Comme la majorité des insomniaques préfèrent se soigner eux-mêmes, la lecture de livrets d'information pourrait donc constituer un progrès significatif dans le traitement de ce problème de santé.

Le traitement comportemental consiste à corriger certaines croyances, qui contribuent à amplifier les problèmes d'insomnie, et à adopter de nouvelles habitudes de sommeil. Parmi celles-ci, mentionnons aller au lit uniquement lorsqu'on se sent fatigué, sortir de la chambre à coucher si le sommeil ne vient pas après 15 à 20 minutes, se lever à la même heure chaque matin peu importe le nombre d'heures dormies la nuit précédente et utiliser le lit seulement pour dormir. Donc, pas question de lire, de regarder la télé, de manger ou de réfléchir au lit. Faire l'amour est la seule exception autorisée!

JEAN HAMANN